100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 15.03.2010 10h42
Le train rapide entre Beijing et Shanghai entrera en service un an en avance

Le très attendu train rapide entre Beijing et Shanghai entrera en service l'année prochaine et réduira le temps de trajet à quatre heures, viennent de déclarer des responsables des chemins de fer chinois.

La voie ferrée à grande vitesse entre les deux plus grandes métropoles de Chine devait à l'origine ouvrir en 2012, mais elle ouvrira en fait une année plus tôt que prévu, a annoncé Zheng Jian, planificateur en chef au Ministère des Chemins de Fer.

Wang Zhiguo, Vice-ministre des Chemins de Fer, a précisé qu'il suffira alors de quatre heures pour aller de Beijing à Shanghai et de trois heures pour aller de Beijing à Nanjing, la capitale de la province du Jiangsu, située dans l'Est du pays.

A l'heure actuelle, il faut dix heures pour aller de Beijing à Shanghai ou Nanjing en train.

Une nouvelle génération de trains à très grande vitesse qui rouleront à 380 km/h est en cours de développement pour la nouvelle voie rapide.

Ces trains subiront des tests cette année et les ingénieurs souhaitent les pousser à une vitesse maximale de 420 km/h, ce afin de garantir une vitesse opérationnelle de 380 km/h dans des conditions de sécurité optimales, a précisé au Beijing News Huang Qiang, chercheur en chef à l'Académie Chinoise des Sciences Ferroviaires.

Le Vice-ministre Wang Zhiguo a déclaré qu'un jour des trains à grande vitesse permettraient de relier Beijing aux villes les plus importantes du pays dans un temps maximal de huit heures, à l'exception de Haikou, Urumqi, Lhasa et Taibei.

Un réseau ferroviaire d'une longueur totale de 110 000 km dont 13 000 km à grande vitesse, devrait être achevé d'ici 2012, a-t-il ajouté.

La Chine dispose déjà de 6 552 km de voies à grande vitesse en service, le plus grand kilométrage de voies de ce type au monde.

Le Ministère a déclaré vouloir exporter la technologie chinoise des voies ferrées à grande vitesse en Amérique du Nord, en Europe et en Amérique Latine.

M. Wang a encore précisé que des entreprises d'Etat chinoises sont déjà en train de construire des voies à grande vitesse en Turquie et au Venezuela.

Et de nombreux pays, dont les Etats-Unis, la Russie, le Brésil et l'Arabie Saoudite ont également exprimé leur intérêt.

« La Chine souhaite partager sa technologie avancée et mature avec d'autres pays afin de promouvoir le développement des voies ferrées à grande vitesse dans le monde », a-t-il ajouté.

Le Ministère a déjà signé des protocoles de coopération avec l'Etat de Californie aux Etats-Unis, mais aussi avec la Russie et le Brésil.

« Nous sommes en train d'organiser les entreprises concernées pour participer à un appel d'offres pour une voie ferrée à grande vitesse aux Etats-Unis et de se préparer pour un appel d'offres pour une ligne au Brésil entre Rio de Janeiro et Sao Paulo », a déclaré le Vice-ministre.

D'après l'ingénieur en chef du Ministère, He Huawu, le Ministère des Chemins de Fer a importé des technologies de train à grande vitesse de France, d'Allemagne et du Japon, tout en procédant à ses propres innovations. Il dispose à présent de 940 brevets dans ce domaine.

A ce jour, près de 10 000 km de voies ferrées à grande vitesse sont en cours de construction en Chine. Quelque 3 676 km de voies nouvelles permettant le passage de trains à la vitesse de 350 km/h ont déjà été posés et sont entrés en service. 2 876 autres km de voies anciennes ont été modernisés pour permettre le passage de trains roulant de 200 à 250 km/h.

Enfin, la Chine envisage de construire un réseau ferré de 120 000 km, dont 50 000 km à grande vitesse, d'ici 2020.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine soutient totalement l'Accord de Copenhague
La Chine est capable de réaliser son objectif de réduction des émissions polluantes
La Chine doit-elle déplacer ailleurs le « Made in China » ?
Modèle ou pas, la Chine suit sa propre voie
Polémique en France après le passage dévastateur de la tempête Xynthia
Pourquoi l'Occident force-t-il la réévaluation du renminbi ?
Cessez de regarder la Chine avec des oeillères !