100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 12.03.2010 16h52
Les insistances américaines pour une réévaluation du RMB sont « une erreur »

Les Etats-Unis seraient mieux avisés de se concentrer sur la coopération avec la Chine au lieu d'essayer de la forcer à réévaluer sa monnaie, a déclaré l'éditeur en chef de Forbes Magazine.

« J'ai toujours pensé que le gouvernement américain se trompait en mettant la pression sur la Chine pour qu'elle réévalue sa monnaie », a dit Steve Forbes lors d'un entretien avec Xinhua.

« Je pense qu'avoir une valeur stable entre les deux monnaies est une bonne chose, ça facilite grandement la vie ».

Pour Steve Forbes, changer artificiellement le prix des choses ne fonctionne pas sur le long terme ; et à court terme, c'est même perturbant.

« Nous avons commencé dans les années 1970 à mettre la pression sur le Japon pour qu'il change la valeur du Yen », rappelle-t-il. « Aujourd'hui, le Dollar a perdu 75% de sa valeur face au Yen, et pourtant nous sommes toujours en déficit commercial avec le Japon ».

Il compare le mécanisme du cours des changes avec celui d'une horloge.

« C'est comme une horloge, il y a 60 minutes dans chaque heure, ça ne sert à rien de changer cela chaque jour (parce que ça vous arrange) », dit-il.

A la question sur l'augmentation du nombre de conflits et disputes commerciales entre la Chine et les Etats-Unis, Steve Forbes répond qu'il y aura toujours des conflits entre les grands pays, et même entre les petits pays.

« La clé réside dans le développement d'un mécanisme propre à gérer ce genre de choses, et pas à les laisser dégénérer au point qu'elles soient hors de contrôle », dit-il.

Steve Forbes suggère qu'en termes de commerce, les autorités, particulièrement celles de Washington, s'attachent à « réduire les barrières commerciales et pas à avoir des industries protégées » afin d'arriver à davantage d'interaction entre les deux pays.

L'éditeur a également souligné que désormais les entrepreneurs chinois se concentraient plus sur la demande de leur propre marché.

« Ce que vous voyez cette année dans la liste (Forbes Fortune) sont quelques milliardaires (chinois) qui fournissent le marché chinois ; on y trouve de tout, depuis la nourriture jusqu'aux biens électroniques », dit Steven Forbes.

« Cette tendance va se poursuivre, et c'est une bonne tendance pour la Chine ».

Il a ajouté que cette transition aura un impact positif sur l'économie mondiale aussi.

Pour que cette transition réussisse, d'après Steven Forbes, la Chine doit continuer à faire des réformes internes et à « rendre plus facile pour les entrepreneurs l'ouverture d'affaires destinées à alimenter les marchés locaux en Chine ».

Sur les 64 milliardaires qui figurent sur la liste Forbes de cette année, ceux qui sont originaires du continent chinois viennent de secteurs plus diversifiés. Qui plus est, d'après la dernière édition de Forbes, ils ont acquis leur fortune en bâtissant des compétences-clés avec leurs propres marques créées et développées en Chine.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine soutient totalement l'Accord de Copenhague
La Chine est capable de réaliser son objectif de réduction des émissions polluantes
La Chine doit-elle déplacer ailleurs le « Made in China » ?
Modèle ou pas, la Chine suit sa propre voie
Polémique en France après le passage dévastateur de la tempête Xynthia
Pourquoi l'Occident force-t-il la réévaluation du renminbi ?
Cessez de regarder la Chine avec des oeillères !