100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 04.03.2010 11h21
Economies d'énergie : le temps presse

Pour la Chine, l'obstacle est de taille : ainsi que viennent de le déclarer des experts et des chercheurs en politique, elle a moins d'un an pour atteindre l'objectif fixé dans le 11e Plan quinquennal (2006-10), réduire sa consommation d'énergie de 20%.

La Chine avait, en effet, décidé de réduire son intensité énergétique de 20% entre 2006 et 2010. Les chiffres concernant les quatre premières années de cette période devraient être publiés lors des sessions annuelles de l'Assemblée Populaire Nationale et du Comité National de la Conférence Consultative Politique du Peuple chinois.

Le China energy Group du Lawrence Berkeley National Laboratory, situé aux Etats-Unis, a pourtant affirmé dans un recent rapport que la Chine était « sur la bonne voie », s'agissant de plusieurs programmes d'économie d'énergie à l'échelle nationale, comme par exemple améliorer l'efficacité énergétique des 1 000 principales entreprises du pays, fermer les centrales hors d'âge ou trop petites, mettre en place de nouveaux standards énergétiques pour les bâtiments etc.

Par exemple, la Chine a déjà atteint son objectif de fermeture des petites centrales à charbon pour une capacité de 50 millions de kW à la fin 2009, soit un an et demi en avance sur le plan, d'après l'organisme principal de planification du pays, la Commission Nationale du Développement et de la Réforme.

Cependant, d'après Feng Fei, directeur du Département de Recherche en Economie Industrielle, qui dépend du Centre de Recherche sur le Développement du Conseil des Affaires de l'Etat, les lents progrès dans l'ajustement de la structure économique restent un défi majeur, et il prédit, si l'on veut atteindre l'objectif fixé, « une année à venir extrêmement difficile ».

Par exemple, dit-il, la part de l'industrie lourde dans la valeur brute de la production industrielle a dépassé 70%, le chiffre le plus haut depuis 1959.

Et, toujours d'après lui, du fait de son industrialisation et de son urbanisation rapides, la consommation d'énergie de la Chine lors des dix dernières années est passée d'un équivalent de 1,39 milliards de tonnes de charbon à une quantité estimée à 3,1 millards de tonnes en 2009.

« L'année dernière, la Chine a lancé des mesures de relance massives pour contrer la crise économique mondiale, mais dans le même temps, des industries gourmandes en énergie comme le ciment, le fer et l'acier ont également été stimulées, ce qui rend plus difficile encore pour la Chine d'atteindre son but cet année », dit M. Feng.

Certains experts pensent d'ailleurs que la structure industrielle de la Chine, établie de longue date et dominée par les industries lourdes alimentées par le charbon et le pétrole, est la preuve que son modèle actuel de consommation d'énergie sera difficile à changer à court terme.

« Ce qui contribue à la présence continue de l'industrie lourde à la première place, c'est la sous-évaluation de facteurs de production, comme l'eau et l'électricité, qui sont fortement subventionnées », précise Julian L. Wong, analyste politique émérite du Centre pour le Progrès Américain.

« Afin de donner un élan supplémentaire à l'abandon des industries lourdes comme force principale de son économie, la Chine doit accélérer ses efforts actuels pour réformer la tarification de l'énergie et de l'eau », dit-il.

Sessions de l’APN et de la CCPPC 2010

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine insiste pour une solution diplomatique à la question nucléaire iranienne
Le Président de Toyota présente ses excuses aux consommateurs chinois
Revirement des relations franco-russes qui ont dépassé la « période de gel »
Le « soulence » va-t-il enfin disparaitre des sessions annuelles ?
Le projet de reprise de Hummer était voué à l'échec selon les analystes
Les rappels de véhicules Toyota nous poussent à l'introspection
Il faut faire preuve de sincérité et de bonne foi pour pouvoir réaliser la coopération internationale en matière de la sécurité de l'Internet