100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 26.02.2010 10h23
La pression sur le yuan n'est « pas justifiée »

L'excédent commercial chinois ayant fondu de manière significative, les appels de certains pays pour une réévaluation du yuan ne sont pas justifiés, a déclaré le 25 février le Ministère du Commerce.

Cet excédent va continuer à baisser dans les mois qui viennent, a annoncé le Ministère, et donc, la pression croissante qu'exercent les Etats-Unis sur la Chine pour qu'elle réévalue sa monnaie ont « de moins en moins de fondement ».

« L'excédent commercial va continuer à se réduire cette année, et nous n'excluons pas la possibilité que la Chine enregistre un déficit commercial d'ici quelques mois », alors que le gouvernement chinois « s'attache à préparer des mesures destinées à stimuler les importations cette année », a déclaré le porte-parole du Ministère Yao Jian.

Les exportations « ne retrouveront pas leur niveau d'avant crise avant deux ou trois ans », et donc, une monnaie chinoise stable non seulement aidera les exportateurs chinois « à maintenir leur compétitivité », mais également « bénéficiera à la stabilité de l'économie mondiale ».

La croissance de l'excédent commercial chinois a été, pour la plus grande partie de 2009, négative, et l'excédent commercial avec les Etats-Unis a chuté de 170,9 milliards de dollars en 2008 à 77,4 milliards l'année dernière, d'après les chiffres des douanes.

Cette année, les exportations augmenteront probablement de « plus de 13% » par rapport à l'année précédente, et le gouvernement fera du « maintien de la stabilité du Renminbi » une priorité, au moins durant la première moitié de l'année, d'après Yao Jian.

Lors des deux derniers mois, la croissance des importations chinoises, d'une année sur l'autre, a largement dépassé les exportations.

L'année dernière, l'excédent commercial chinois a chuté de 30%.

Mais les exportations chinoises ont connu un rebond depuis décembre, ce qui a fourni des arguments à certains pays, menés par les Etats-Unis, pour demander une réévaluation du Renminbi.

Le président américain Barack Obama a tout récemment remis l'affaire sur le devant de la scène, se plaignant qu'une « devise sous-évaluée » met les entreprises américaines dans une position désavantageuse. Certains économistes occidentaux soutiennent que le Renminbi est sous-évalué de 25 à 40%, et pensent que Beijing laissera sa monnaie monter.

Mais la plupart des économistes chinois s'opposent à ce point de vue ; ils pensent au contraire que la réévaluation ne se fera pas dans l'immédiat. « Il est très peu probable que le yuan soit réévalué dans les six prochains mois, et il est également très peu probable qu'il le soit avant que le dollar ne commence à se stabiliser », d'après Dong Xian'an, économiste en chef chez Industrial Securities.

Le taux de change Renminbi/Dollar est globalement resté inchangé depuis juillet 2008, mais en fait le taux réel est monté au cours du mois dernier.

« Je ne crois pas qu'il y ait nécessité de réévaluer le Renminbi pendant un an, sachant que le taux de change réel monte », a ainsi dit Zhu Baoliang, directeur général adjoint du Département de prévisions économiques du Centre d'Information d'Etat.

Les Etats-Unis devraient regarder un peu plus loin que le seul commerce, par exemple vers les investissments, et cesser de se plaindre sur la monnaie, a déclaré Yao Jian.

Plus de 60 000 sociétés américaines sont présentes en Chine, ce qui amène « des ventes annuelles de 150 milliards de dollars », soit le double des exportations américaines vers la Chine, a-t-il précisé.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : publication du premier volume des oeuvres choisies de Jiang Zemin en cinq versions étrangères
A l'approche des sessions annuelles de la CCPPC et de l'APN, les citoyens chinois font part de leurs suggestions
L'agitation récente en Afrique de l'Ouest est due à une ingérence occidentale
Consommation des produits de luxe : changer la « demande extérieure » en demande intérieure
Relations sino-africaines : « The Dragon's Gift: The Real Story of China in Africa »
Pour pallier la pénurie de la main-d'œuvre, il est nécessaire d'améliorer la qualité d'emploi
Fin d'un déficit qui a duré une dizaine d'années