100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 27.01.2010 09h17
Les marchés émergents se dissocient de l'Occident pour suivre la croissance chinoise (Moubayed)

L'évolution des économies émergentes est beaucoup moins dépendante de celle de l'Europe et des États-Unis qu'elle ne l'était dans les années 1990, a déclaré mardi Alia Moubayed, économiste en chef de la banque britannique Barclays Capital à Dubaï.

"Les marchés émergents sont bien plus sensibles aux fluctuations de la Chine que de celles du G7", a déclaré Mme Moubayed dans son discours au forum Knowledge Series Forum du Centre financier international de Dubaï (Dubai International Financial Centre, DIFC). Le G7 correspond à l'ancien bloc des plus grands pays industrialisés, situés pour la plupart en Occident.

Selon les analyses de Mme Moubayed, le facteur beta (mesurant la sensibilité entre deux séries de nombres) entre les chiffres de la croissance des marchés émergents et du G7 était d'1,6 entre 1993 et 1999, indiquant une forte sensibilité.

Cela signifie concrètement que lorsque les économies du G7 progressaient, les marchés émergents d'Amérique Latine, d'Europe de l'Est, du Moyen-Orient, d'Afrique et d'Asie du Sud-Est progressaient aussi. À la même période, le facteur beta entre les marchés émergents et la Chine était inférieur à 0,8.

"Entre 201 et 2009, en revanche, les rôles se sont inversés. Le facteur beta ME-G7 (ME pour marchés émergents) est désormais de 0,25 alors que le beta Chine-ME est légèrement supérieur à 1,1", explique Mme Moubayed.

Selon cette économiste, les marchés émergents tels que la Chine ont tiré la leçon de leurs revers dans les années 1970 et 1980 en appliquant une discipline budgétaire plus stricte et en mettant en uvre une politique monétaire crédible.

"L'économie mondiale dispose désormais de quatre moteurs : les États-Unis, l'Europe, la Chine et les marchés émergents", en conclut Nasser Saidi, économiste en chef de l'autorité du DIFC.

En 2009, la Chine a remplacé pour la première fois l' Allemagne au titre de premier pays exportateur mondial. Les exportations chinoises ont progressé de 17,7% par rapport à l'anné e précédente, soit leur première augmentation en 14 mois, tandis qe les importations ont bondi de 55,9%, a indiqué l'administration des douanes de ce pays sur son site Web le 10 janvier. En 2007, la Chine avait déjà remplacé l'Allemagne au rang de troisième plus grande économie au monde.

En octobre dernier, le Fonds monétaire international a estimé que le PIB de la Chine progresserait cette année de 9%, révisant à la hausse ses prévisions de 8,5% données dans les estimations de juillet.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Un vice-PM chinois appelle au renforcement des relations économiques avec la Suisse
La Chine a construit son plus grand surperpétrolier
Les récentes remarques venant des Etats-Unis nuisent aux relations sino-américaines
« La liberté sur internet » et la diplomatie « Smart power »
Secours à Haïti sinistré : la Chine la plus rapide, les Etats-Unis les plus fortes et la France la plus nombreuse
Les menaces de retrait de Google, une simple tactique commerciale
Les Chinois sont-ils des « fanatiques de travail » ?