100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 15.01.2010 16h56
Les investisseurs font preuve de sagesse et de clairvoyance en plaçant des fonds dans le domaine vinicole chinois

Un nombre croissant de consommateurs chinois préfèrent acheter du vin de marque à coût élevé, c'est pourquoi pour les investisseurs qui pensent placer des fonds dans les domaines de consommation en Chine, l'investissement dans le secteur vinicole chinois est certainement une décision lucide, sensée et judicieuse.

Sous l'effet grandissant de l'habitude des Chinois dans la consommation d'alcool, le vin qui est très apprécié en Occident n'est pas tellement bien accueilli en Chine dont seulement une petite partie de la population accepte de le boire. D'après les chiffres statistiques établis par Access Asia, une société de conseil spécialisée dans l'accompagnement de projets de développement entre l'Europe et l'Asie, la vente du vin en Chine représente en 2009 seulement 4,7% du volume global des produits alcoolisés vendus dans tout le pays, ce qui est un recul par rapport à 2008 (5,4%). Une des raisons de cette baisse c'est le marasme économique dû à la crise financière internationale qui a frappé le monde entier depuis fin 2008 jusqu'ici. Cet état de chose se manifeste tout particulièrement dans les villes riches de la partie orientale de la Chine où en temps ordinaire, les habitants ont l'habitude de s'abreuver du vin.

Toutefois, le secteur vinicole constitue toujours un bon choix d'investissement, vu que la consommation de boissons en Chine continue à s'accroître rapidement, alors qu'en 2009, l'ampleur du marché des boissons alcoolisées a augmenté de 22% par rapport à l'année précédente. Par conséquent, même si dans le cas où son rythme de croissance est le même ou semblable à celui des autres boissons, le vin est toujours consommé en grande quantité en Chine, ce qui constitue une force d'attirance pour les investisseurs. Cependant, avec le redressement de l'économie chinoise, le vin deviendra de plus en plus apprécié et demandé en Chine et surtout pour la classe moyenne qui augmente et se développe promptement dans le pays.

Qui sera alors le plus grand bénéficiaire de la croissance des dépenses de consommation en Chine ? Les négociants-exportateurs du vin français ont gagné de profits immenses et considérables dans le marché chinois du vin qui se développe à une vitesse vertigineuse. L'appréciation du vin rouge Bordeaux par les Chinois a poussé les négociants de vin français à accroître énormément leurs exportations en Chine du vin dont la quantité exportée a été multipliée par quatorze fois de 2002 à 2008.

Ces dernières années, des investisseurs chinois commencent déjà à acquérir des vignobles en France et Château Richelieu et Château Latour-Leguens sont devenus maintenant les propriétés d'investisseurs chinois

Néanmoins, bien que la quantité du vin importé a beaucoup augmenté, mais les producteurs de vin à l'intérieur de la Chine ont utilisé leurs avantages locaux pour accroître ces dernières années leur taux d'occupation du marché. Par exemple, Yantai Changyu Pioncer Wine Co., 000869.SZ (abréviation : Changyu) a réalisé des succès remarquables : jusqu'à fin 2008, son taux d'occupation du marché chinois de vin, calculé d'après ses recettes, est passé de 11,3% en 2005 à 12,5% maintenant.

Dans le cas où ce taux d'occupation de marché puisse être maintenu ou voire même agrandi davantage, dans la situation où le marché chinois de vin se développe de façon constante, Changyu pourra être optimiste quant à la belle perspective d'avenir ouverte devant lui. Quant aux analystes de la banque américaine Morgan Stanley, ils l'ont inscrit dans le panier des actions qu'ils prévoient pouvoir gagner des profits dans la croissance des dépenses de consommation en Chine.

D'autre part, bien qu'en 2009, les consommateurs chinois ont préféré choisir provisoirement des boissons bon marché, mais il semble que parmi eux, un nombre croissant de gens commencent à donner leur préférence aux vins de marque qui coûtent plus chers. En 2003, parmi les vins vendus, 96% coûtent moins de cinq dollars la bouteille, tandis qu'en 2009, la quantité des vins vendus qui coûtent cinq à dix dollars représente 23% de la quantité globale. Dans ce laps de temps, le coût de la vente au détail des boissons alcoolisées a augmenté de 3,5%. Parallèlement, le taux de profits nets de Changyu de 17,3% en 2005 s'est accru à 25,9% en 2008.

Compte tenu des profits ultérieurs, le rapport coût-bénéfice du prix des actions de Changyu s'est élevé à 25,8 fois, ce qui reflète les effets de bonnes nouvelles, mais toujours inférieur aux prix des actions des entreprises productrices de boissons alcoolisées traditionnelles chinoises. En ce qui concerne Kweichow Moutai Co., 600519.SH, (abréviation : Kweichow Moutai), fabricant d'alcool traditionnel chinois le plus réputé en Chine, le rapport coût-bénéfices, basé sur ses profits ultérieurs, du prix de ses actions est de 32,5 fois.

Pour ce qui est de la raison pour laquelle Changyu et Kweichow Moutai sont appréciés et très demandés sur les marchés des produits alcoolisés haut et moyen de gamme, le docteur Liu Yanping de l'Institut des Finances et du Commerce de l'Académie des Sciences de Chine a fait l'analyse suivante : « Les consommateurs chinois ressentent une affection particulière pour l'alcool national. Autrefois c'était surtout pour Kweichow Moutai, mais aujourd'hui, avec la vitalité de plus en plus active de la Chine sur la scène internationale, le vin Changyu fait son apparition de plus en plus fréquente sur les tables de banquet d'Etat de même que dans des occasions de contacts avec des étrangers. Ainsi, les alcools nationaux de la nouvelle génération, qui revêtent en même temps un fond culturel traditionnel et une teinte internationale, gagnent petit à petit les cœurs et sont de plus en plus appréciés. » Pour Changyu et Kweichow Moutai, ils sont devenus depuis l'avènement de la Chine nouvelle, les boissons alcoolisées qui font souvent leur apparition aux banquets d'Etat. Par exemple, ils firent leur apparition au banquet donné à l'occasion de la grande et solennelle cérémonie marquant la fondation de la République populaire de Chine et de la tenue de la Conférence consultative politique du Peuple chinois (CCPPC) ; lors de la Conférence internationale tenue en 1954 à Genève au cours de laquelle le Premier Ministre Zhou Enlai (Chou En Lai) a donné une réception durant laquelle les invités ont goûté le vin Changyu ; Novembre 2009 lors de la visite en Chine du Président américain Barack Obama, il a été invité à boire du Changyu datant d'un siècle et du Changyu AFIP ; Puis le mois après, le Premier Ministre français François Fillon, en visite en Chine, a goûté également du Changyu AFIP.

Pour les Chinois et les étrangers qui désirent investir dans les domaines de la consommation en Chine, ils feront alors preuve de lucidité, de prévoyance, de sagesse et de perspicacité s'ils décident de placer des fonds dans le domaine vinicole chinois, car les consommateurs enrichis ont une façon de dégustation de vin de plus en plus occidentalisée.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
L'industrie chinoise de l'aviation civile a réalisé la meilleure performance mondiale en 2009
Pose de la première pierre de la base de recherches sur les moteurs d'avion gros porteurs chinois
Les Chinois sont-ils des « fanatiques de travail » ?
Moins de taxes et une croissance plus forte
La Chine apporte encore plus d'opportunités au monde
La Taxe carbone critiquée en tant qu' « impérialisme écologique »
Il est important pour les commerçants chinois en France d'observer la loi et de ne pas commettre d'infractions aux règlements