100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 16.12.2009 14h33
BAIC rachète une part des actifs de Saab à General Motors

Beijing Automotive Industry Holdings Co Ltd (BAIC), le cinquième plus gros fabricant d'automobiles chinois a annoncé le 14 décembre avoir donné son accord pour reprendre une partie des actifs de la société suédoise Saab, appartenant à General Motors, reprise faisant partie de ses plans pour développer des automobiles sous sa propre enseigne.

Saab Automobile AB a annoncé avoir conclu un accord avec BAIC pour la vente de l'équipement de production et des droits de propriété intellectuelle de deux modèles anciens de SAAB – les 9-5 et 9-3- y compris la technologie de transmission et l'outillage.

SAAB apportera aussi son aide à BAIC pour intégrer cette technologie dans les futurs modèles de BAIC, annonce le communiqué.

Cependant, Saab et BAIC n'ont révélé aucun autre détail sur l'affaire, notamment sur ses aspects financiers.

Reuters déclarait la semaine dernière que BAIC avait obtenu une ligne de crédit d'un montant de 20 milliards de yuans (soit 2,93 milliards de dollars) auprès de la Banque de Chine.

« Cet accord est une excellente chose pour les deux parties, dès maintenant et pour le futur. Nous avons développé de bonnes relations avec BAIC et sommes impatients de travailler avec eux pour intégrer la technologie Saab dans leurs futurs véhicules », a déclaré Jan Ake Jonsson, directeur de Saab Automobile.

Le Dagens Nyheter, quotidien suédois, disait que « La Chine aide la marque de voitures suédoise à sortir de la crise ».

Pour Jia Xinguang, analyste en chef à la Chinese National Automotive Industry Consulting and Development Corp, l'affaire n'est peut-être pas si intéressante que ça pour BAIC, les plateformes de fabrication des modèles Saab 9-5 et 9-3 ayant été fermées du fait d'une technologie ancienne et dépassée, ainsi que d'une efficacité et d'une utilité faibles.

Pourtant, il se montre plus optimiste quant au rachat des systèmes de transmission Saab, dont les technologies de moteur turbo et de boîte de vitesse, « peuvent permettre à la Chine de combler son retard avec les grands constructeurs mondiaux dans le domaine de la transmission ».

Il espère aussi que « peut-être que les voitures de sport incluant les performances extraordinaires des Saab 9-3 et 9-5 qui seront produites localement auront du succès auprès des consommateurs chinois ».

Pour Zhong Shi, analyste en automobile indépendant de Beijing, « à cette étape, il est encore difficile de dire si c'est une bonne affaire ou non pour BAIC. La clé pour BAIC réside dans l'obtention de quelque chose et de ce qu'elle pourra en faire plus tard par elle-même ».

BAIC est un des rares constructeurs automobiles chinois à ne pas avoir sa propre marque d'automobile ni ses propres modèles, ainsi qu'à n'avoir qu'une production limitée de même que peu d'expérience tant en recherche qu'en développement en matière de véhicules pour passagers.

M. Zhong pense que BAIC transfèrera tout simplement les lignes de production des modèles Saab 9-3 et 9-5 en Chine et y produira les mêmes véhicules sous une autre marque.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Hu Jintao participe à la cérémonie d'inauguration du gazoduc Chine-Asie centrale
Haier arrive en tête du classement mondial des marques de réfrigérateurs en terme de parts de marché
La bulle immobilière est-elle prête à éclater en Chine ?
Relations sino-françaises 2009 : après la pluie, le beau temps
Pourquoi la Chine ne peut-elle pas produire des best-sellers connus dans le monde ?
Les automobiles chinoises luttent pour entrer sur le marché de l'Union européenne
Les « 10 commandements » pour les fonctionnaires devraient être pris au sérieux