100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 15.12.2009 13h19
Hervé Ladsous : les investisseurs chinois en France doivent donner la priorité à la recherche et au développement scientifiques

« L'investissement à l'étranger n'est aucunement un processus pur et simple, et surtout pour les moyennes et petites entreprises. C'est pourquoi pour les entreprises chinoises qui désirent investir en France, elles doivent agir avec beaucoup de prudence dans tout le processus du choix des projets d'investissement, de l'obtention d'informations et de la recherche de partenaires de coopération. », a déclaré l'Ambassadeur de France en Chine Hervé Ladsous lors d'une récente interview exclusive accordée à un correspondant de la revue « 21ème Siècle ». Après avoir donné cet avertissement sincère, il a poursuivi en disant que pour encourager les investisseurs étrangers en France (y compris les investisseurs chinois) à veiller à accorder plus d'importance à la recherche et au développement scientifiques, le gouvernement français adopte à leur égard une politique préférentielle de fiscalité et de crédit dans la recherche et le développement scientifique et technique comme envers leur collègues français.

La recherche et le développement scientifiques revêtent une importance primordiale.

« 21ème Siècle » : D'après les dernières données statistiques établies, il s'avère que la Chine investit en France pour la réalisation d'une centaine de projets et a créé ainsi 8.037 emplois aux habitants locaux. Quelle est votre attente des investissements ultérieurs de la Chine en France ? Et quels sont les domaines qui conviennent le plus aux entreprises chinoises investisseurs ?

Hervé Ladsous : Les investissements directs chinois en Europe ont quadruplé depuis 2005, et ce courant continue à s'étendre et à s'accroître. L'Europe est le plus grand marché du monde et elle est en même temps le plus grand partenaire commercial de la Chine. Cela est une raison importante pour la quelle l'Europe attire les investissements de la Chine.

Quant à la France, elle est une région de la plus grande importance pour les investisseurs chinois venus en Europe. A l'heure actuelle, plus de cent entreprises chinoises investissent en France et a créé plus de huit mille emplois. Parmi ces dernières, on remarque de grandes entreprises telles que China Bluestar Group, Huawei, ZTE Corporation, Lenovo, Northern Heavy Industries Group et Weichai Power.

« 21ème Siècle » : Les investisseurs chinois pourront obtenir quelle aide de la part du gouvernement français ? De plus en plus de petites et moyennes entreprises (PME) chinoises s'intéressent à l'investissement en France. Le gouvernement français a-t-il pensé à les soutenir dans leur investissement avec des projets particuliers ?

Hervé Ladsous : Nous avons effectué ces dernières années d'importantes réformes en vue d'améliorer l'environnement commercial, de simplifier la fiscalité et d'établir un code de travail plus souple, ce afin d'attirer de l'étranger les personnes compétentes et talentueuses.

La recherche et le développement scientifiques revêtent une importance primordiale pour notre pays qui compte soixante et onze centres de recherche et de développement. Pour encourager les investisseurs étrangers à faire comme leurs collègues français en accordant plus d'importance à la recherche et au développement scientifiques, le gouvernement français adopte à leur égard une politique préférentielle de fiscalité et de crédit dans la recherche et le développement scientifique et technique. Parmi les politiques préférentielles semblables appliquées dans les pays européens, cette politique française est la plus attirante et la plus captivante.

Les investisseurs chinois pourront obtenir de l'aide de la part du gouvernement français, et surtout de la part de l'AFII (Agence Française pour les investissements Internationaux). Déjà depuis 2005, l'AFII a installé des représentations en Chine, notamment à Beijing, à Shanghai et à Hong Kong.

La communication culturelle constitue un défi commun.

« 21ème Siècle » : Quels sont les plus grands risques commerciaux et non commerciaux auxquels les investisseurs chinois pourront être exposés en France ? Et comment les dissiper ?

Hervé Ladsous : La France n'impose aucune contrainte ni aucune restriction administratives à l'égard des investisseurs étrangers. Les entreprises chinoises sont sur le même pied d'égalité par rapport aux autres entreprises étrangères et elles pourront déterminer elles-mêmes de leurs activités commerciales en France, de même que de leurs affaires d'achat ou de location d'immobiliers ou d'entreprises.

Bien que la France offre aux investisseurs étrangers un environnement d'investissement positif, mais il est important pour ces derniers de prendre des précautions, car l'investissement à l'étranger n'est aucunement un processus pur et simple, et surtout pour les petites et moyennes entreprises. Par conséquent, les entreprises chinoises qui désirent investir en France doivent agir avec beaucoup de prudence dans tout le processus du choix des projets d'investissement, de l'obtention d'informations et de la recherche de partenaires de coopération.

Tous les investisseurs étrangers sont conscients que le contrôle des ressources humaines revêt une grande importance pour le bon fonctionnement et la réussite des affaires. La plupart des entreprises chinoises en France sont satisfaites des travailleurs français qu'elles ont recrutés et engagés, mais elles comprennent également l'importance de maintenir la communication culturelle entre la France et la Chine, et cela constitue le principal défi auquel sont exposés en commun toutes les entreprises multinationales et tous les investisseurs étrangers installés en France.

« 21ème Siècle » : Les investisseurs chinois ont besoin en général d'un temps assez long pour qu'ils puissent connaître et comprendre les lois locales. En plus, ils éprouvent des difficultés en ce qui concerne le recrutement et la gestion des travailleurs locaux. Quelles sont vos propositions et vos suggestions sur ces deux sujets-là ?

Hervé Ladsous : Pour n'importe quelle entreprise, et surtout pour les investisseurs étrangers, il est d'une importance extrême pour eux qu'ils connaissent à fond les lois-cadres locales ainsi que la procédure légale. C'est pourquoi je suggère aux entreprises chinoises qui désirent investir à l'étranger de demander l'aide et le soutien d'avocats ou d'organismes intermédiaires spécialisés avant de s'engager dans cette voie.

Actuellement en France, il y a plus de 2,5 millions de travailleurs locaux recrutés et employés par des entreprises étrangères. Quant aux entreprises chinoises, il leur est possible d'engager des travailleurs qui comprennent et parlent le chinois, car la France possède la plus grande et la plus importante communauté chinoise de toute l'Europe, tandis que l'apprentissage du chinois est devenu de plus en plus courant et prisé dans notre pays.

« 21ème Siècle » : Les entreprises chinoises comment doivent-elles réglementer leur conduite et leur comportement, ce afin que tout en gagnant les profits de leur investissement sur le marché français, elles puissent en même temps s'intégrer activement et positivement dans l'environnement commercial local ?

Hervé Ladsous : Il n'y a aucune contradiction entre la réalisation des profits commerciaux et l'intégration au sein de la communauté locale. Au contraire, la plupart des entreprises chinoises installées en France s'habituent rapidement aux conditions locales et sont satisfaites et de leur investissement et de l'environnement. La Fédération des entreprises chinoises installées en France, qui a été fondée en 2007, en est un bon exemple. Elle a su établir d'excellentes relations avec l'Ambassade de Chine en France et avec les départements gouvernementaux français concernés, ce qui lui permet d'aider efficacement les investisseurs chinois nouvellement arrivés en France et de contribuer par leurs efforts au développement des relations bilatérales entre les deux pays. Les deux sociétés chinoises Huawei et Weichai Power, tout en développant leurs affaires en France, ont financé un grand nombre d'activités culturelles.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Haier arrive en tête du classement mondial des marques de réfrigérateurs en terme de parts de marché
La visite de Hu Jintao au Kazakhstan et au Turkménistan va renforcer les relations bilatérales
Relations sino-françaises 2009 : après la pluie, le beau temps
Pourquoi la Chine ne peut-elle pas produire des best-sellers connus dans le monde ?
Les automobiles chinoises luttent pour entrer sur le marché de l'Union européenne
Les « 10 commandements » pour les fonctionnaires devraient être pris au sérieux
Poursuite de la grève dans des musées nationaux de France