100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 03.12.2009 09h43
Vente de produits contrefaits en ligne

Faire ses achats en ligne devient de plus en plus populaire en Chine. Mais tous les acheteurs qui cliquent sur leurs souris savent que le produit réél est parfois loin du produit présenté en ligne. Les contrefaçons sont la plaie du commerce en ligne en Chine. Voici le portrait d'une société qui doit lutter tous les jours contre ce fléau.

Xstep est une marque majeure dans le domaine du sportswear en Chine. Et voici une boutique en ligne qui dit vendre des chaussures de la marque en direct de l'usine. Cependant, outre un logo semblable, le produit vendu n'a rien à voir avec les véritables chaussures Xstep.

Wang Qiuyue, administratrice

Groupe de lutte contre la contrefaçon en ligne

"L'emballage n'est pas de Xstep mais de Blue Eagle. La chaussure porte le logo de Xstep et ne coûte que 38 yuans la paire."

Directeur contrôle qualité

Xstep

"Il est impossible que ce produit ne coûte que 38 yuans, à moins d'être un faux. La matière n'est pas celle que l'on utilise, la qualité est médiocre. Il devrait y avoir une étiquette ici et le nom de l'usine. Seul le logo est le bon. C'est absolument une contrefaçon. On ne sait pas qui a commencé cette boutique en ligne."

Il y a des dizaines de milliers de produits de la marque Xstep qui sont vendus en ligne. Mais la société n'a jamais autorisé la vente en ligne de ses produits et n'a aucune idée si les produits vendus sont faux ou non.

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine souhaite que la conférence de Copenhague obtienne des résultats "justes et faisables"
Hu Jintao s'engage à mobiliser toute la société pour lutter contre le sida
Croissance à contre-courant des investissements chinois à l'étranger
La crise financière de Dubaï produit des effets limités sur la Chine
La crise de la dette de Dubaï : qui court le plus grand risque ?
Les taxes commerciales imposées du fait des surcapacités de production chinoises ne sont qu'une « excuse »
La Chine vue dans le film américain « 2012 »