100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 29.10.2009 13h21
Geely serait favori pour racheter Volvo au groupe Ford

Un groupe mené par le constructeur automobile chinois Geely serait le favori pour reprendre l'unité Volvo Automobiles du groupe Ford Motor Co, a annoncé le constructeur automobile américain mercredi.

Ford dit qu'elle est en train de conduire des négociations "plus détaillées et plus précises" avec le Groupe Zhejiang Geely Group Holding Co. Ltd pour la vente du constructeur automobile suédois.

"L'objectif de Ford dans ses discussions avec Geely est de conclure un accord au meilleur des intérêts des deux parties" a déclaré Lewis Booth, Vice-président exécutif et Directeur financier en chef de Ford.

Ford, dont le siège est à Dearborn dans le Michigan, avait annoncé l'année dernière son souhait de vendre Volvo, afin de pouvoir concentrer ses efforts sur trois marques principales : Ford, Lincoln et Mercury. Ford avait acheté la marque Volvo à Volvo AB en 1999 pour 6,45 milliards de dollars US.

"Toute vente potentielle devrait faire en sorte que Volvo ait les ressources nécessaires, y compris en capital, pour renforcer dans le futur son activité et construire son système de franchise global, tout en permettant à Ford de continuer à se concentrer sur sa stratégie principale, ONE Ford, et sur sa mise en oeuvre", a dit M. Booth.

"Volvo Cars a accueilli cette annonce favorablement" a dit Maria Bohlin, sa porte-parole. "Que le fait qu'il y ait un repreneur éventuel favori soit confirmé est positif", a-t-elle poursuivi.

Geely, dont le siège est à Hangzhou, dans l'est de la Chine, avait annoncé le mois dernier qu'il réfléchissait à une offre pour reprendre Volvo en alliance avec un partenaire dont le nom n'a pas été divulgué.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Première publication en Chine du salaire moyen des entreprises privées
Survenance du pic de propagation de la grippe saisonnière à Beijing
Un pas de plus vers l'égalité
Nicolas Sarkozy brandit "la Douce France" comme étendard de l'identité nationale
L'élection de Jean Sarkozy en tant qu'administrateur de l'EPAD suscite controverse et suspicion