100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 23.09.2009 13h23
L'Asie contribue de façon importante au redressement de l'économie mondiale

La Banque asiatique de développement (BAD), dont le siège est installé à Manille, capitale des Philippines, vient de publier le 12 courant un rapport dans lequel il est indiqué que grâce à l'essor de relèvement meilleur que prévu des puissances économiques régionales, dont principalement la Chine et l'Inde, le rythme de croissance d'ensemble des entités économiques en développement d'Asie pourra atteindre 3,9% en 2009, ce qui est une hausse de 0,5 points centésimaux comparé aux prévisions de la banque pour le mois d'avril dernier.

Dans le rapport intitulé « Rectification au sujet de la perspective de développement de l'Asie en 2009 », il est dit que le gouvernement de divers pays asiatiques ont pris sans retard des mesures efficaces pour faire face à la crise financière et économique internationale et ont pu éviter ainsi de graves pertes au système financier régional. L'économie des puissances économiques régionales a connu un réchauffement assez rapide. L'économiste en chef de la BAD Jong-Wha Lee a déclaré que malgré la détérioration continuelle de l'environnement économique mondial, mais les entités économiques en développement de l'Asie poursuivent leurs efforts en vue de contribuer au relèvement de l'économie mondiale et l'aidant à sortir du marasme et de la récession.

Le rapport a modifié les prévisions de la BAD quant à la croissance annuelle 2009 de l'économie chinoise en la réajustant de 7,0% à 8,2%, et la raison principale de cette modification est due à l'application en Chine des mesures de grande envergure en vue de stimuler la croissance économique par l'augmentation de la demande intérieure et d'une politique monétaire laxiste modérée, lesquelles ont beaucoup atténué et diminués les effets néfastes du ralentissement de l'économie mondiale sur l'économie chinoise. Il est indiqué dans le rapport que les régions de l'Asie orientale et les régions de l'Asie méridionale, avec respectivement cette année une croissance économique de 4,4% et de 5,6%, seront à la tête du redressement économique de toute la région, alors que pour l'Inde, elle connaîtra peut-être une croissance économique de 6%. Pour ce qui est du relèvement économique des autres régions de l'Asie, il connaîtra une morosité relative : il est prévu que la croissance économique des régions du sud-est asiatique sera seulement de 0,1% contre 0,5% pour les régions de l'Asie centrale. Quant aux pays insulaires du Pacifique qui sont également soumis à l'examen et au contrôle de la BAD, leur croissance économique de cette année est prévue pour 2,8%. Le rapport prévoit en outre que pour les entités économiques développés de l'Asie, leur économie se relèvera en 2010 pour atteindre un rythme de croissance de 6,4%, tandis que pour la Chine, la croissance de son économie s'élèvera à 8,9% en 2010.

Jong-Wha Lee a poursuivi en disant que les facteurs favorables au redressement économique de la Chine en 2010 sont surtout dus aux mesures de stimulation économique prises par celle-ci et au réchauffement tempéré de l'économie mondiale. Mais, a-t-il ajouté, vu que la force de relèvement de l'économie mondiale semble plutôt modéré, il est prévu que les exportations nettes ne contribueront pas tellement à la croissance économique qui dépend principalement de l'investissement et de la consommation. Il a dit qu'effectivement vu de l'ensemble, les perspectives d'avenir de l'économie asiatique semblent plutôt optimiste, mais dans le cas où l'économie mondiale s'enfonce pour longtemps dans le marasme et la dépression, ou bien en cas où les gouvernement des pays d'Asie retirent trop tôt les mesures qu'ils ont prises en vue de stimuler les affaires financières, il se peut que la situation économique régionale se trouve une fois de plus en difficulté et que même elle pourrait empirer.

Il a dit que les entités économiques en développement de l'Asie doivent faire des efforts en vue de changer le déséquilibre qui existe entre elles et les pays développés de l'Europe et de l'Amérique du Nord quant au commerce, aux capitaux et aux échanges du personnel, accorder encore plus d'importance aux relations économique interrégionales et accroître davantage la demande intérieure, ce qui permettra à la Région d'Asie de renforcer sa capacité de résister aux risques et aux dangers venus de l'extérieur et à l'économie asiatique de réaliser un développement stable et rapide.



Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le président chinois arrive à New York
Retour de Liu Xiang
Les 60 ans de la Chine nouvelle vus par des chiffres
La Chine dépasse pour la première fois les Etats-Unis quant au commerce des articles de luxe
Le PCC adopte une nouvelle mesure pour combattre la corruption