Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 29.06.2012 08h59
L'industrie cinématographique chinoise doit relever les défis et coopérer

Le Festival International du Film de Shanghai est l'occasion de rassembler les plus grands créateurs du pays. De jeunes réalisateurs chinois se sont réunis pour parler de la situation actuelle et de l'avenir de l'industrie cinématographique chinoise. Face à un marché en forte croissance et à l'impact des films hollywoodiens, il semblerait qu'une énorme pression repose sur les épaules de ces jeunes metteurs en scène.

De nombreux jeunes réalisateurs chinois ont participé au Sommet de l'industrie du Festival International du Film de Shanghai qui s'est d'une certaine façon transformé en un forum réunissant les plaintes. Surtout pour le directeur Wang Xiaoshuai, dont le nouveau film « Onze Fleurs » a reçu un accueil frileux au box-office.

Selon Wang, « nous avons environ 1 200 copies numériques. Mais le box-office s'est avéré être déprimant. Dans de nombreux cinémas, il n'y a eu qu'une séance par jour. »

Idem pour le réalisateur Guan Hu et sa nouvelle production « Conception de la mort ». De nombreux directeurs sont déconcertés et doivent réexaminer la situation actuelle.

Selon Guan, « à proprement parler, tous nos films rencontrent de nombreux problèmes. C'est vrai. Nous devons donc travailler dur pour y remédier. Se plaindre ne sert à rien. Nous devrions résoudre les problèmes nous-mêmes. »

Si d'un côté, plus de films étrangers sont importés, d'un autre, de plus en plus de capitaux chinois sont investis dans des films étrangers. Face à une pression croissante, il n'est pas étonnant que tous les administrateurs réfléchissent à des solutions.

Huo Jiaqi, le directeur a souligné: « Nous devons faire face à la concurrence et essayer de nous améliorer. Et nous devrions avoir davantage d'excellents films commerciaux."

L'équilibrer entre l'art et le commerce n'est pas simple. Le renforcement de l'intégration et de la coopération semble de plus en plus nécessaire.

Jackie Chan, le réalisateur et acteur, affirme que « si les films en provenance du continent chinois, de Hong Kong et de Taiwan pouvaient être intégrés, je crois que cela serait très utile aux publics de l'est et du sud-est de l'Asie. »

« Première fois », un film à petit budget a réunit un réalisateur et des acteurs de la partie continentale de la Chine, de Hong Kong et de Taiwan. Il a obtenu de bons résultats au box-office.

En fait, la coopération est déjà devenu une tendance, non seulement pour les films en langue chinoise, mais aussi sur la scène mondiale.

Jean-Jacques Annaud, le président du jury du Le Festival International du Film de Shanghai, estime que « la coopération internationale est devenue la tendance. Mais il ne faut jamais perdre sa position dominante. La Chine a une longue histoire et une grande culture, qui constituent toutes les deux de bons matériaux, et elle dispose d'un avantage sur le scène internationale. Recourir à la haute technologie de pays comme les États-Unis aidera les films chinois à pénétrer les marchés internationaux. »

Comme Annaud le suggère, les cinéastes chinois devraient réfléchir à la façon dont ils peuvent se servir des ressources culturelles et intellectuelles de la Chine et à la façon dont ils pourraient relever les défis grâce à la coopération.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire
Comment la Grande-Bretagne a créé la « question tibétaine »
Les partis pris contre la Chine persistent