Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 25.05.2012 10h44
La capitale chinoise fait son fest-noz

La Fête de la Bretagne est un rendez-vous de festivités, se situant autour de la Fête de la Saint-Yves (le 19 mai) et qui propose de nombreuses activités culturelles ayant lieu en Bretagne et un peu partout dans le monde.

Samedi 19 mai au Lycée français de Beijing, l'association Zhongbreizh organisait la 17e édition de son traditionnel fest-noz (la fête de la nuit). Depuis deux ans, Jean-Baptiste Audran, a repris les rennes de l'association avec une équipe de Bretons dynamiques pour continuer de véhiculer la culture et rassembler les Bretons présents en Chine et également s'adresser aux Chinois qui s'intéressent à la France et notamment à la culture bretonne et à sa langue. Le breton est une langue celtique vivante aujourd'hui parlée par environ 250 000 personnes.

L'association Zhongbreizh existe maintenant depuis 17 ans et fut la première association en Chine d'une région française. La population bretonne en Chine peut être estimée entre 3 et 5000 personnes. Depuis deux ans, le fest-noz de la capitale chinoise inclut aussi la communauté celte (les Gallois, les Ecossais, les Irlandais...).

« Nous sommes sponsorisés par la Région Bretagne pour faire connaître notre culture en Chine, on ne fait pas seulement un fest-noz, on fait venir une équipe de musiciens bretons qui viennent jouer ici et restent pendant dix jours en Chine » explique Jean-Baptiste. « Les musiciens bretons vont également à la rencontre d'étudiants chinois dans plusieurs universités de Beijing pour véhiculer notre culture, puis nous nous rendrons dans le Shandong, la province qui est jumelée avec la Bretagne sur le plan économique et culturel, pour un autre fest-noz et des échanges dans d'autres universités chinoises ».

« Je dois dire que nos amis Chinois sont assez intrigués par notre association, mais qui êtes-vous, des Français ou des Bretons ? Bien sûr, on leur répond que nous sommes Français avant tout, mais la Bretagne a toujours voulu garder une identité forte. Nous sommes perçus comme une culture accueillante, une culture d'échanges et aussi des Chinois se mettent à apprendre le breton, c'est incroyable ! Des amis Chinois ont rejoint notre association, aujourd'hui au sein de Zhongbreizh trois d'entre eux ont étudié en Bretagne, puis sont revenus vivre en Chine, mais en étant attachés à notre région. »

Les deux couples sonneurs de musiques traditionnelles bretonnes nous viennent du département du Morbihan : Les frères Dréan du Bagad de Larmor, (Yann à la bombarde et Gaël au biniou koz) et Meven Yhuel et Gwenael Dage (cornemuse, bombarde) du Bagad de Locoal-Mendon.

Le couple de sonneurs représente en quelque sorte l'orchestre traditionnnel breton, constitué de deux musiciens : un sonneur de bombarde (un petit instrument de la famille des hautbois à anche double) et un sonneur de cornemuse ou de biniou en Bretagne. Historiquement cela fait deux cent ans que la musique traditionnelle fonctionne comme cela.
Les frères Dréan sont des musiciens autodidactes qui jouent depuis une vingtaine d'années, alors que le couple Meven et Gwenael a suivi une formation plus classique à l'école avec un professeur.

Venant pour la première fois en Chine, les musiciens ont trouvé le public chinois trés chaleureux, accueillant, respectueux de l'étranger et très réceptif à leur culture et à leur musique.

Amélie Pornin, une jeune représentante du Cercle celtique de Larmor Plage : « Comme j'ai les cheveux courts, nous avons été obligés de choisir l'ancienne longue coiffe de la ville de Lorient qui était portée dans les années 1850 et le costume que je porte aujourd'hui est un habit de mariage des années 1910. Je porte un tablier brodé, une jupe et une camisole en velours qui est très chaude, un jupon et un panty en coton, un col et la coiffe amidonnée, des manchettes en dentelles, une broche et des bas noirs et des bottines... »

François, un Breton de 38 ans pour la première fois participe au fest-noz, a découvert l'association par hasard l'année dernière. « Maintenant, raconte t-il, je donne un coup de main à l'assocation cela me plaît. J'ai accompagné les musiciens dans les universités. Je suis plutôt content, on a réussi à interesser les étudiants chinois à notre culture et à les faire danser et aujourd'hui c'est le grand événement. »

Pour Fleur, Luc, Tina, Agathe un groupe de jeunes Chinois âgé de 18 à 21 ans : « C'est intéressant d'être là ce soir, il y a beaucoup d'adultes et d'enfants, on peut échanger avec les Français, essayer de pratiquer la danse bretonne et en apprendre plus sur les traditions de cette région. »

Le fest-noz qui a été un peu perturbé par la pluie en fin de soirée a attiré près d'un millier de personnes au cours de la journée.

Li ao

[1] [2] [3] [4] [5]

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »