Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 23.05.2012 09h52
Des sociétés culturelles étrangères à la quête de partenaires en Chine

Selon un rapport publié samedi matin lors d'une manifestation de rencontre entre partenaires et fournisseurs, de nombreuses sociétés étrangères culturelles cherchent une croissance de leurs affaires cette année en Chine, organisée lors de la 8e Foire de Chine des Industries Culturelles Internationales (China International Cultural Industries Fair, ICIF), à Shenzhen.

Le rapport, dirigé par la société de recherches China Business Event et parrainé par le Conseil Chinois pour la Promotion du Commerce International du Sous-conseil de Shenzhen, a été compilé à partir de questionnaires provenant de 302 sociétés culturelles étrangères d'Europe, des Etats-Unis, du Japon et de Corée du Sud des médias, de l'édition, du cinéma et de la télévision, de la musique, de l'éducation culturelle, des jeux, de l'animation et de la bande dessinée ainsi que du commerce des produits culturels.

Plus de 76 % des répondants ont dit que la Chine est un marché important pour le développement de leurs activités futures et qu'ils ont déjà des projets d'entrée sur le marché chinois. Mais plus de la moitié disent n'avoir qu'une très faible connaissance de l'industrie culturelle chinoise et de son marché.

Ils sont d'abord à la recherche d'organismes de services et d'assistance juridique, et ensuite d'un soutien du Gouvernement. La plupart pensent que ce sont les différences culturelles et l'immensité de la Chine, plus que les difficultés linguistiques, sont leurs plus grands défis pour faire des affaires en Chine.
48% entrent en Chine en recourant à des agences et 39 % par l'ouverture d'une succursale. Pour une base en Chine, Shanghai est le premier choix, puis Beijing et Shenzhen.

Parmi les huit groupes cités, les médias et des sociétés cinématographiques sont ceux qui ont montré le plus d'intérêt.

Sun Taiquan, directeur de l'ICN, un groupe de médias pour les Chinois de l'étranger, dont le siège est à Los Angeles, a déclaré que son entreprise, qui possède 16 canaux, 14 journaux et une station de radio a une demande massive pour des programmes télévisés chinois.

Désireux de coopérer avec les producteurs de programmes chinois, il a dit que, l'an dernier, son entreprise a acheté 1 470 épisodes de séries télévisées de la partie continentale, comme les « Nouvelles aventures de la Princesse Perle » et 720 heures de shows, comme « Take Me Out ».

Florian Satzinger, Directeur d'une société de négoce du nom d'Alpsgroup, a dit dans un chinois parfait qu'il avait des activités de négoce depuis 12 ans en Chine, principalement l'achat d'accessoires dans la Province du Zhejiang et de produits LED à Shenzhen en vue de la revente dans des supermarchés en Allemagne.

« En Chine, la terre est de plus en plus chère, et c'est le plus grand défi auquel je fais face maintenant », a déclaré cet homme d'affaires allemand, « mais j'ai encore beaucoup de bons projets, impliquant des dizaines de millions de Yuans ».

Maria Tomashevskaya, qui vient d'une société russe du nom de Orient Development a déclaré que c'était sa première visite à l'ICIF, parce que son entreprise, spécialisée dans les produits électroniques tels que les lecteurs DVD, souhaite avoir une présence sur le marché chinois.

« Nous avons des fournisseurs et des clients en Chine, c'est pourquoi nous voulons venir ici et fabriquer nos produits en Chine puis les vendre dans le monde entier », a-t-elle dit.

« Mais c'est assez difficile », a-t-elle ajouté, « Je pense que nous avons besoin de trouver un partenaire juridique, et de rechercher des personnes qui parlent anglais et chinois, et nous espérons que nous pourrons obtenir le soutien du Gouvernement chinois ».

L'ICIF, qui s'est tenue le 21 mai à Shenzhen grâce au soutien du Ministère de la Culture, du Ministère du Commerce et du Gouvernement de Shenzhen, est la seule foire annuelle de l'industrie culturelle au niveau de l'État.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »