Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 27.03.2012 08h21
Les friandises de Beijing en péril

Connue pour être une ville historique d'importance, la fibre gastonomique de Beijing n'est pas en reste. Mais à l'heure des chaînes de restauration rapide, les friandises traditionnelles de la capitale tendent à disparaître. Redécouvrons les délicatesses pékinoises dans le reportage suivant.

Traditionnellement, les Pékinois commencent leurs journées avec un "douzhier", c'est-à-dire un lait de haricot mung, acheté à un vendeur ambulant. Trésor culturel inestimable, les friandises de Beijing font partie de la vie des habitants de la capitale depuis des siècles

Hou Jia, président

Association des snacks traditionnels de Beijing

"Les snacks traditionels de Beijing sont aussi importants que la Grande Muraille ou le Palais d'été. Ce n'est pas seulement une partie de l'héritage culturel, mais l'incarnation de la ville."

Mais alors que la ville se développe en métropole internationale, beaucoup de marques historiques se font évincer du marché. Mending Meat Patty est une marque de petits feuilletés de viande, qui a une histoire longue de plus d'un siècle. Selon la propriétaire, la hausse du prix des ingrédients et les prix de vente bas grignotent les marges de profits.

Ma Guoqing, propriétaire

Boutique Mending Meat Patty

"Mon mari est la 3ème génération à diriger cette boutique. Nous ne faisons que très peu de profits. Pour un feuilleté, le prix des ingrédients et de la main-d'oeuvre représente les deux-tiers du prix de vente. Les prix de tous les produits augmentent, mais nous vendons toujours nos feuilletés à 4 yuans l'unité."

Ce n'est pas la faiblesse des profits qui inquiète la propriétaire mais la disparition possible de la marque.

Ma Guoqing, propriétaire

Boutique Mending Meat Patty

"Je suis très inquiète. Mon enfant travaille dans le secteur IT, et ne souhaite pas reprendre la boutique. Mais je suis prête à enseigner à qui le voudra. Je peux transmettre mon savoir à qui sera prêt à reprendre la boutique et la marque."

Des craintes similaires se font sentir dans le secteur de l'alimentaire. Tous espèrent que le gouvernement pourra offrir plus de soutiens en termes de publicité et de financement.

Yao Guobao, assistant du propriétaire

Boutique Baoduman

"Je pense que nous avons besoin d'une plus grande couverture médiatique, le public doit en apprendre plus sur la culture culinaire de Beijing. De plus, le financement de la part du gouvernement est indispensable car nos profits sont très bas."

La nourriture ne laisse personne indifférent et elle croustille sous les dents. Mais les experts avancent que le bon goût n'est pas suffisant. Pour rendre les snacks plus compétitifs, la standardisation est primordiale.

Hou Jia, président

Association des snacks traditionnels de Beijing

"Par exemple, une galette doit avoir un diamètre de 6 centimètres et avoir un centimètre d'épaisseur. C'est seulement avec la standardisation que les propriétaires pourront développer les chaînes et faire des économies d'échelle."

Les données de l'association des snacks traditionnels de Beijing montrent que durant le siècle passé, les snacks traditionnels de Beijing sont passés de 700 à leur apogée à seulement 100 aujourd'hui.



Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Principales nouvelles du 26 mars
Sélection du Renminribao du 26 mars
Tuerie en série en France : un cas grave qui donne matière à de profondes réflexions
Crise iranienne : la politique « deux poids deux mesures » des Etats-Unis
Regards sur le futur ralentissement économique de la Chine