Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 20.03.2012 16h47
Chine : Mars en Folie 2012

En ce mardi 20 mars 2012, journée internationale de la francophonie et à l'occasion de la 17ème édition de la fête de la Francophonie en Chine, une conférence de presse était organisée en fin de matinée à l'Université des Langues et Cultures de Beijing : pour nous présenter Mars en Folie 2012, la tournée musicale chanson française.

Le réseau des Alliances françaises, des Ambassades de la Belgique (Délégation Wallonie-Bruxelles), du Canada (Bureaux du Québec en Chine) et de la Suisse, nous proposent un « Mars en folie » avec une formule 2012 inédite. Un événèment culturel pour célébrer la chanson française avec la venue de quatre groupes francophones, qui se produiront du 21 au 31 mars, dans neuf villes chinoises.
Avec notamment, un rendez-vous à Beijing le 24 mars à partir de 19h, dans la salle de concert du Yugong Yishan.

Cette conférence de presse était animée par le Délégué Général de la Fondation Alliance française en Chine : M. Laurent Croset, le Représentant du Bureau du Québec à Beijing : M. François Gaudreau, le Chef de la section de la culture de l'Ambassade de Suisse : M. Gautier Chiarini et le Conseiller à l'ambassade de Belgique et Délégué Wallonie-Bruxelles : M. Marc Kohen.

Et en présence des artistes et musiciens Simon Nwambeben (France/Cameroun, Classic Bitibak), Alexandre Désilets (Canada, pop-rock), Manou Gallo (Belgique/Côte d'Ivoire, afro-beat/funk) et Mama Rosin (Suisse, zydeco / cajun créole) qui ont pu nous faire une petite prestation en live.


[1] [2] [3] [4] [5] [6] [7] [8] [9]

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 20 mars
Principales nouvelles du 20 mars
L'« aurore » a-t-elle fait son apparition en Libye ?
La politique extérieure de la Chine : pas plus qu'elle ne peut assumer
Le recours américain devant l'OMC contre les quotas de la Chine sur les terres rares pourrait aggraver la situation