Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 27.02.2012 09h16
1er film chinois prévu en 2016 pour Oriental DreamWorks
Jeffrey Katzenberg

Oriental DreamWorks, une coentreprise américano-chinoise dont la création vient d'être annoncée ici, espère sortir son premier film « avec de l'ADN chinois » tourné dans ses studios de Shanghai, en 2016, a annoncé le directeur de DreamWorks Animation.

Jeffrey Katzenberg, dont les studios ont produit des succès planétaires comme comme « Shrek » et « Kung Fu Panda », a annoncé vendredi cette nouvelle pendant la visite du Vice-président chinois Xi Jinping à Hollywood, le dernier jour de sa visite de cinq jours aux États-Unis.

L'accord fait de DreamWorks Animation un poids lourd sur un marché fortement restreint, mais qui pourrait croître de façon exponentielle.

« Nous avons travaillé sur les détails de ce partenariat depuis près d'un an ou deux », a déclaré M. Katzenberg à l'AFP, quelques heures après que l'accord avec DreamWorks ait été annoncé à Los Angeles.

« Selon mes conversations avec les responsables chinois, ainsi qu'avec les personnes du secteur des médias .... ce qu'ils désirent le plus atteindre est de créer leur propre entreprise de divertissement familial de marque », a-t-il ajouté.

« Quelque chose de créé par les Chinois pour les Chinois … à faire avec une grande qualité, qui ne serait pas seulement en mesure d'être compétitif sur leur propre marché, mais qui pourrait aussi s'exporter et être compétitif dans le reste du monde ».

Le nouveau studio sera détenu à hauteur de 55 % par trois entreprises publiques chinoises, China Media Capital (CMC), Shanghai Media Group (SMG) et Shanghai Alliance Investment (ISC), et à 45 % par DreamWorks Animation.

L'engagement énorme dans la production locale marque un changement dans la stratégie d'Hollywood, freinée par des quotas très stricts qui limitent le nombre de films étrangers autorisés en Chine à seulement 20 par an.

« L'objectif que nous poursuivons depuis de nombreuses années est d'être en mesure d'obtenir nos produits et nos films en Chine et d'être en mesure d'obtenir notre télévision là-bas, et que les produits occidentaux aient un meilleur accès au marché chinois », a déclaré M. Katzenberg.

« Et d'ailleurs, c'est quelque chose que nous continuerons à vouloir voir arriver. Mais ce n'est pas ce que les Chinois voulaient. Eux, ils voulaient avoir la capacité et les connaissances nécessaires pour être en mesure de créer par eux-mêmes ».

« Ce qui est, soit dit en passant, vrai pour de nombreux pays à travers le monde. Ce n'est pas unique. Ce qui est unique en revanche, c'est que d'ici 5 à 7 ans, ils seront le marché numéro un dans le monde entier ».
Il a également ajouté : « Ils vont effectivement avoir un marché qui, si vous pouvez réussir à créer une grande marque familiale, aura une valeur formidable ».

DreamWorks Animation enverra donc des concepteurs, des techniciens et des animateurs en Chine pour former leurs homologues chinois.

« Cela va en fait créer plus d'emplois chez DreamWorks ici, davantage d'opportunités », a déclaré M. Katzenberg.

« J'ai, littéralement, presque une centaine de personnes de DreamWorks qui sont venus me voir pour dire qu'ils aimeraient faire partie de ce studio et aller en Chine pour quelques années, pour éduquer, pour enseigner. Il semble y avoir beaucoup d'enthousiasme chez les bons artistes, les animateurs, et les spécialistes en technologies ».

Il a ensuite ajouté : « Il y a quelques bons talents là-bas, nous avons sillonné le pays pendant les neuf derniers mois et nous avons trouvé quelques bons talents, mais ils n'ont pas la formation, les technologies et les ressources financières pour pouvoir travailler au niveau de ce que nous faisons ici aujourd'hui ».

Oriental DreamWorks, à la différence de DreamWorks Animation, produira également des films avec des acteurs réels.

« À cet égard il y a un bassin de talents de plus en plus important en Chine dans ce domaine. Il y a quelques cinéastes très doués là-bas. Nous allons travailler avec eux aussi », a-t-il dit.

Le premier film d'Oriental DreamWorks « sortira en 2016 et nous avons dans nos cartons une demi-douzaine de projets sur lesquels nous travaillons activement et que nous développons depuis l'été dernier », a-t-il ajouté.

Pourrait-il donc y avoir un « Kung Fu Panda 3 », fait à Shanghai?
« Je ne crois pas. Il s'agit de créer de nouveaux films originaux qui seront faits en Chine, mais de la même manière que ‘Kung Fu Panda' a été inspiré par des éléments, la culture, la littérature et l'histoire de la Chine, il en sera également ainsi des films que nous sommes en train de développer là-bas ».

« Ils seront chinois dans leur ADN, cela fait partie de notre plan ».

La coentreprise DreamWorks Oriental a été annoncée quelques heures avant que le Vice-président américain Joe Biden n'annonce que la Chine avait accepté de « manière significative » l'augmentation de l'accès des films américains au marché chinois.

La Motion Picture Association (MPAA) a dit quant à elle que l'accord permettra à plus de 50 % de plus de films américains d'accéder au marché chinois, bien que la Maison-Blanche n'ait pas mentionné de tels chiffres.


Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 24 février
Nouvelles principales du 24 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?