Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 03.02.2012 14h05
Shaanxi : cure de jouvence pour l'opéra Lao Qiang

Le Lao Qiang, un opéra traditionnel populaire dans la province du Shaanxi, est né durant la dynastie des Han et a vu sa popularité chutée dans les années 90, mais grâce à un groupe d'artistes folkloriques, qui continuent à le pratiquer et à le promouvoir, il reprend vie. Un spectacle a donc ramené le style local aux principaux podiums à Beijing, Tokyo et New York. Jettons un coup d'oeil ensemble.

Voici le village de Shuangquan, situé près de la ville de Huayin, un groupe de personnes agées est en train de faire une répétition pour un spectacle ayant lieu à Hongkong. Ils n'ont pas pris de congés durant la fête du printemps rien que pour améliorer leur performance.

Zhang Xinmin, 66 ans, est le chanteur principal de la chorale. Bien qu'il ait chanté cet air pendant plus de 50 ans, il n'a jamais pensé à le faire connaître en dehors de Huayin.

Zhang Ximin

Chanteur de Lao Qiang

"Ceci est une invitation du Grand Palais du peuple, et celle-là du ministère de la Sécurité publique."

Leur performance convainc l'audience avec son style cantatoire ainsi que le dévouement des artistes. Cette forme de musique servait autrefois d'accompagnement aux ombres chinoises.

Zhang Ximin

Chanteur de Lao Qiang

"Cet écran est réservé aux ombres chinoises, 5 personnes y jouent derrière."

Zhang a vécu les haut et les bas de cette forme d'art, il se rappelle quand il était jeune, les spectateurs étaient tellement nombreux qu'ils avaient fait craquer un mur. Mais le Lao Qiang a perdu de sa popularité quand les divertissements modernes ont envahi la nation. Zhang et ses amis n'ont pas abandonné, ils ont donné autant de spectacles et y ont apporté des améliorations. Ils ont transformé cet opéra ne se contentant plus de jouer derrière la scène mais bel et bien devant les spectateurs.

Ils ont créé un numéro basé sur la vie des locaux, celui-ci a remporté le premier prix dans une compétition provinciale. Plus tard, la voix puissante et enrouée du chant a attiré l'attention du directeur de films Lin Zhaohua, qui a utilisé l'air dans son dernier film "Bai Lu Yuan", ou "la plaine des cerfs blancs".

Maintenant Mr. Zhang et son équipe présentent 7 à 8 spectacles à Beijing chaque année, ils ont même été invités au Japon et aux Etats-Unis pour présenter cette forme d'art aux spectateurs étrangers.

Le Lao Qiang est devenu un patrimoine intangible en 2008, et Zhang Ximin en est devenu l'héritier récompensé par le gouvernement. Son plus grand plaisir: son petit fils est aussi un grand fan de cet ancien art et a déjà chanté pour son école.

Zhang Men

Petit fils de Zhang Ximin

"Après avoir chanté cela, des camarades de classe sont venus me voir en disant qu'ils voulaient apprendre aussi à chanter de cette façon."

Autrefois les techniques de chant étaient réservés uniquement aux membres de famille, mais maintenant Zhang Xinmin est ravi de l'enseigner à ceux qui sont intéressés, il attendra de voir le nouveau printemps de cet ancien art.

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Nouvelles principales du 2 février
Sélection du Renminribao du 1er février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?