Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 28.11.2011 08h37
Le journal économique français La Tribune à la recherche d'un repreneur

Le journal économique français La Tribune est à la recherche d'un repreneur et doit être soumis à un redressement judiciaire, selon un communiqué publié jeudi.

C'est un nouveau coup dur pour le journal, déjà en procédure de sauvegarde depuis janvier 2011, suite à une décision du tribunal de commerce de Paris.

Cette procédure permet à l'entreprise en difficulté concernée de geler momentanément ses dettes dans l'attente d'une recapitalisation.

Dans le cas présent, la direction du journal d'information économique et financière n'est pas parvenue à trouver des investisseurs.

Dans son édition de vendredi, le quotidien a publié une lettre aux lecteurs de la plume de son PDG et propriétaire (80% du capital), Valérie Decamp, dans laquelle elle réaffirme « sa décision d'organiser un plan de cession et de chercher un repreneur ».

Pour Mme Decamp, cela constitue « la meilleure solution pour garantir l'avenir de La Tribune et lui assurer toutes les chances de succès ».

« Et ses chances sont bien réelles, » a-t-elle souligné, citant les bons résultats opérationnels de l'entreprise ainsi que son succès auprès des lecteurs et des internautes français.

En mai 2010, Mme Decamp avait racheté 80 % du titre de presse économique à Alain Weill, dirigeant du groupe Next TV (RMC, BFM), pour un euro symbolique.

Le tribunal de commerce de Paris doit se pencher sur le sort de La Tribune, le 19 décembre prochain.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Les ministres de la Défense de la Chine et du Ghana souhaitent renforcer les liens militaires entre les deux pays
Nouvelles principales du 25 novembre
Routes chinoises : à quand la fin du massacre ?
L'entrée de la Chine à l'OMC il y a dix ans fut une decision juste
La liste des écrivains riches ne cache pas la vie modeste d'écrivains en Chine