Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 22.11.2011 13h49
Guo Jingming en tête de la liste des écrivains riches

Idole des adolescents chinois, Guo Jingming, âgé de 28 ans, se fait remarquer une fois encore, pour sa fortune, arrivant en tête de la Liste des Ecrivains Chinois Riches 2011, avec des gains de 24,5 millions de Yuans (3,85 millions de Dollars US) en droits d'auteur.

Sur le marché du livre du Continent, son homologue étranger est l'écrivain colombien Gabriel Garcia Marquez, avec 11 millions de Yuans.

Cette liste, publiée lundi, donne les noms des 30 principaux écrivains chinois en termes de revenus de droits d'auteur, ainsi que les quinze principaux auteurs étrangers ayant gagné le plus en Chine.

S'agissant des écrivains chinois, le deuxième est Nanpai Sanshu (nom de plume), qui a établi sa réputation en écrivant en ligne, et le troisième est le « roi des contes de fées », Zheng Yuanjie. Pour les écrivains étrangers, c'est la Britannique J. K. Rowling qui est deuxième, et l'Autrichien Thomas Brezina qui est troisième.

Wu Huaiyao, qui établit ces listes depuis six ans, a dit lundi au China Daily qu'elles servaient d'index mais aussi de miroir de la scène littéraire en Chine.

« Je me suis rendu compte que le marché de l'édition a baissé comparé aux années précédentes, faute d'un super best-seller », a dit M. Wu. « Mais les jeunes lecteurs, âgés de 6 à 18 ans, constituent toujours la majorité des lecteurs et des consommateurs de livres en Chine ».

M. Wu a commencé à surveiller ce secteur en juillet, aidé d'une équipe de six membres. Il a appliqué une méthode, « primitive mais précise », comme il la décrit, basée sur des enquêtes sur le terrain impliquant tous les niveaux de participants sur le marché du livre, travaillant ensemble pendant des mois dans les grandes villes de Chine.

Les listes qu'il avait publié ces cinq dernières années ont suscité un vasté débat. Leur crédibilité a été remise en question, sachant combien les Chinois hésitent en général à parler de ce qu'un auteur gagne. De même, évaluer la valeur d'un auteur en fonction de ses revenus n'est pas toujours vu de manière favorable.

Ainsi de Yang Hongying, populaire écrivain de livres pour enfants, classée quatrième cette année et première en 2010, dit espérer que l'argent ne modifie pas la façon dont on évalue et dont on lit ses livres.

« Etre sur la liste n'a rien à voir avec le niveau d'écriture d'une personne », soutient-elle. « Cela signifie seulement que certaines caractéristiques de ces écrivains sont appréciées et reconnues par le public ».

M. Wu espère aussi que ces listes attirent l'attention sur les écrivains chinois. Car à part ceux qui figurent sur la liste, les autres sont déchirés entre le fait de devoir gagner leur vie et réaliser leurs rêves, a dit M. Wu.

« Peu importe ce que les autres peuvent dire, en faisant ces listes depuis six ans, je remonte le moral des écrivains chinois », dit M. Wu.

Li Yao, de Thinkingdom House, le détenteur des droits d'auteur du chef d'oeuvre de Gabriel Garcia Marquez, « Cent ans de solitude » en caractères chinois simplifiés, pense que la liste de M. Wu reflète bien les tendances de lecture.

La publication d'une traduction autorisée du livre de Gabriel Garcia Marquez en chinois a propulsé l'auteur en tête de la liste. Cela a été considéré comme un signe positif que de plsu en plus de gens lisent de la littérature.

« Les listes de M. Wu ne sont peut-être pas précises en termes de chiffres. Mais les quinze écrivains étrangers sont réellement les quinze écrivains les plus appréciés par les lecteurs chinois », dit M. Li. « Et cela montre que la lecture de classiques est devenue à la mode en 2011 ».

Quant à l'écrivain Shi Hang, il estime que ces listes montrent une face plus internationalisée de la lecture et de l'édition en Chine.

« Les jeunes forment aussi la base des lecteurs dans les pays autres que la Chine, ce qui est bon signe », a dit M. Shi. « La capacité des écrivains à attirer des lecteurs jeunes est significative et puissante ».

Alors que par le passé les auteurs étaient embarrasses et hésitants à évoquer leur place parmi les « écrivains les plus riches de Chine », tant Guo Jingming que Zheng Yuanjie, qui ont figuré parmi les cinq premiers dans les six listes consecutives, semblent réconciliés avec le fait de se retrouver en tête de liste, comme leurs micro-blogs respectifs le montrent.

« Dans d'autres secteurs d'affaires, des revenus de 20 millions de Yuans ne figureraient sans doute pas dans le top 10 », dit Guo Jingming. « Mais quand il s'agit d'écrivains, c'est le niveau le plus élevé ».

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Le PM chinois promet de renforcer les relations avec Brunei
Nouvelles principales du 21 novembre
Les Américains d'origine chinoise qui désirent faire une carrière politique doivent commencer à partir de « grass roots »
Les suggestions de FMI à propos de la Chine ne correspondent pas à la réalité de celle-ci
La coopération est-asiatique après le « retour » des Etats-Unis