Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 26.10.2011 13h39
Panjiayuan : des faux tableaux dont le prix de gros est de 150 yuans vendus à 10 000 yuans
Panjiayuan

Le 23 octobre, le « Rapport hebdomataire de Qualité » proposé par CCTV a dévoilé le fait qu'à Panjiayuan (marché aux puces à Beijing) des tableaux de quelques centaines de yuan se vendent cent fois plus chers à Liulichang (un quartier pékinois où se trouvent pas mal de magasins d'antiquaires).

Monsieur Wang, originaire du Shandong, possède deux tableaux de peintres contemporains célèbres, Shi Guoliang et Ma Haifang, il les a achetés pour dix mille yuans. Après les procédures d'évaluation auprès des experts, ces deux tableaux se sont révélés être des faux. Au cours d'une visite inopinée faite par un journaliste de CCTV au magasin Rongbaoxuan de Liulichang (où M. Wang a acheté ses tableaux), nous avons appris que tous les tableaux et toutes les calligraphies ont été certifiés par les experts de RBZ, selon le vendeur. Mais à 500 m plus loin, les certificats d'évaluation fournis par Rongbaoxuan ont été confirmés comme étant des faux par des employés de Rongbaozhai.

En fait, les tableaux faux vendus dans les magasins et galeries comme le magasin en question viennent de Panjiayuan où le volume d'échanges par jour est de dix mille environ. Les tableaux qui se vendent chers dans les magasins sont vendus au prix de 150 yuan à Panjiayuan. Selon un patron du magasin de Panjiayuan, « les vrais se trouvent rarement sur le marché, la plupart sont faux ». Egalement, ce n'est plus un secret, puisque le bureau de gestion de Panjiayuan est depuis longtemps au courant mais n'a rien fait.



Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Le PM chinois souligne le contrôle de l'inflation
Nouvelles principales du 26 octobre
La méthode statistique en application exagère sérieusement la balance favorable du commerce chinois
L'« époque de Kadhafi » est révolue en Libye
Dénigrer la Chine est une mauvaise façon de faire campagne