frenchChine|Economie|International|Afrique|Culture|Vie Sociale|Sport|Sci-Edu|Tourisme|Environnement

Chen Di, un candidat béninois de la Compétition « Pont vers le chinois », « J'ai un coeur chinois »

23.08.2011 07h46     Source: le Quotidien du Peuple en ligne

C'est la première année que Chen Di (son nom original est Abatti Giresse Concorde), étudiant béninois de la formation « Construction des chermins de fer et des routes » à l'Université Jiaotong de Chongqing, participe au concours Hanyuqiao (Pont vers le chinois), une compétition pour les étudiants étrangers en Chine qui se déroule pour la 4e année.

Suite au déroulement des matchs, de moins en moins de candidats obtiennent le laisser-passer pour le prochain tour. Lors de la qualification pour le top 9, 12 étudiants, y compris Chen Di, venant d'Europe, d'Afrique, d'Amérique du Nord, d'Amérique du Sud et d'Asie ont présenté leurs connaissances en chinois, notamment pour la culture chinoise.

Au premier tour de ce match, chaque candidat s'est vu demander d'écrire son caractère chinois favori avec un pinceau, et expliquer pourquoi il l'a choisi. Chen Di a présenté le « 爱 » (amour), disant qu'il avait été profondément touché par l'amour des Chinois après le grand séisme qui a secoué Wenchuan en mai 2008. De plus, il a chanté une célèbre chanson chinoise « Que le monde rempli soit par l'amour » (« 让世界充满爱 »). La représentation d'une durée limitée à 60 secondes lui a valu beaucoup d'applaudissements.

Pour le tour suivant, chaque candidat a été chargé d'un « métier » : « entremetteuse de mariage professionnelle ». La caméra a capturé pour chaque candidat un spectateur au hasard, et le candidat devait s'efforcer de persuader le spectateur et l'autre candidat qu'ils se convenaient l'un l'autre et pouvaient vivre ensemble. Chen Di a bien exercé ses talents d'animateur et a réussi à établir le « lien rouge » entre une jeune sud-coréenne et un jeune homme chinois.

Qualifié pour le Top 10, le résultat est « inattendu » pour Chen Di, qui s'est dit satisfait. Pour lui, la langue et la culture chinoises l'accompagneront pendant toute sa vie. « Actuellement il y pas mal d'entreprises de Chine qui vont vers l'Afrique... j'espère après un petit peu les rejoindre et donner ce que j'aime le mieux à l'Afrique », a t-il dit. Sa vie en Chine ? Il s'adapte totalement aux nouvelles circonstances, parce que le « Chongqing Huoguo » (la fondue de Chongqing d'un goût très pimenté) est le plat chinois qu'il préfère !