Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 12.05.2011 13h32
Le vol d'oeuvres d'art à la Cité Interdite doit déclencher une alarme

Un vol rappelant Sean Connery passant par un plafond pour commettre son forfait vient d'avoir lieu à la Cité Interdite, à Beijing.

La sécurité du musée était jusque là estimée si bonne que ceux qui auraient été tentés de venir y dérober des oeuvres d'art auraient dû recourir à des plans toujours plus élaborés pour parvenir à leurs fins.

Manifestement, ce n'était pas le cas.

En effet, un voleur est entré par effraction dans le Musée du Palais à Beijing dimanche, tout simplement en faisant un trou dans un mur, avant de faire main basse sur sept pièces provenant d'un collectionneur de Hong Kong qui étaient exposées dans le Musée. Dans l'affaire, deux autres pièces ont été endommagées.

Le suspect a pu s'échapper, bien que les gardes du Musée l'aient vu.

Pour tous les Chinois soucieux de leur patrimoine, et plus largement, pour tous les amoureux de la culture dans le monde, ce genre de vol que l'on considérait avant comme inconcevable a été reçu comme un choc.

On pensait que le Musée était bien gardé, tous les voleurs ayant précédemment tenté d'y dérober des pièces ayant été pris. La Cité Interdite possède du personnel de sécurité avec plus de cent chiens de patrouille, sans compter au moins 1 600 alarmes anti-vols, 3 700 détecteurs de fumée et 3 700 caméras.

Mais le vol qui vient d'y être commis rend aujourd'hui tous ces gardes, ces animaux et ces équipements bien dérisoires.

Les spécialistes de la sécurité aident pourtant les musées en y installant de meilleurs périmètres de sécurité, comme des détecteurs de mouvements, des senseurs de chaleur corporelle et toute une série d'autres dispositifs. Dans certains musées, la vidéo-surveillance et des mesures de contrôle des accès sont prises pour empêcher les vols commis par les visiteurs.

Mais tous les musées ne possèdent pas cet arsenal.

C'est ainsi qu'un miroir de bronze de plus de 1 600 ans a été volé au Musée Muncipal de Dunhuang, dans la Province du Gansu, dans le Nord-Ouest de la Chine, durant les heures d'ouverture en août 2008.

Comme l'a dit Zahi Hawass, Secrétaire général du Conseil Suprême des Antiquités d'Egypte, « Si vous voulez protéger votre domicile des voleurs, ne laissez pas la porte ouverte ».

Le vol qui a été commis au Musée du Palais devrait servir de leçon aux autres musées, pour qu'ils installent un système de sécurité efficace dirigé par des gardiens formés et appuyés par un équipement de surveillance de meilleure qualité.

Le Musée du Palais a présenté ses excuses pour le vol. Des photos des objets volés ont été publiées, afin d'empêcher qu'ils ne soient proposés à la vente sur le marché international.

Mais nous devons aussi garder un oeil sur les enchères pour s'assurer qu'elles ne proposent pas les pièces qui ont été volées au Musée.




Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le président Hu appelle aux efforts conjoints pour faire progresser le partenariat sino-américain (vice-PM chinois)
La reconstruction après le séisme dans le Sichuan a remporté une "victoire décisive" (Premier ministre)
Le siècle de l'Asie est-il devant nous ?
Comment créer un "royaume idéal sur Internet" ?
Les Etats-Unis doivent évaluer à sa juste valeur la contribution du Pakistan à la lutte anti-terrorisme
Pourquoi faire tant de bruit sur la Marine chinoise ?
Une victoire plus symbolique que réelle