Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 11.02.2011 11h14
Les chaussures Neiliansheng : une tradition pas prête de s'arrêter



Après 150 ans de succès, le chausseur pékinois Neiliansheng reste prêt à relever tous les défis. Pourtant, la concurrence est rude. Plutôt qu'une somptueuse paire de chaussures brodées sur mesure, les jeunes se tournent aujourd'hui de préférence vers des Nike ou des chaussures de cuir "made in Italy". Mais Neiliansheng, qui s'est spécialisée dans la fabrication de chaussures en tissu depuis 1853, n'a jamais renoncé. Elle est même devenue l'une des rares marques pékinoises qui survivent au 21ème siècle.

Il existe un vieil adage pékinois : "porter des Neiliansheng, c'est la réussite au travail assurée".

Fondée sous la dynastie des Qing par Zhao Ting, la boutique porte un nom de bon augure, qui signifie en chinois "promotion continue dans la hiérarchie".

La société a rapidement gagné une clientèle nombreuse et n'a pas tardé à se faire une excellente réputation pour ses bottes de cour, portées par les plus hauts personnages de l'Etat. Ses chaussures ont même été offertes comme tribut à des familles royales, tout en étant populaires parmi les gens du peuple.

"Je me sens très bien dans ces chaussures. J'aime les marques anciennes."

"Mon père m'a emmnée ici acheter des chaussures quand j'étais toute petite. J'en ai deux paires neuves chez moi qui ont été confectionnées par les vieux artisans de Neiliangsheng. Ils ont pris leur retraite depuis, donc ces chaussures sont précieuses. J'en ai porté toute ma vie."

La renommée de Neiliansheng peut être attribuée à son soucis de fournir des produits de qualité. Fabriquer une semelle à plusieurs couches nécessite sept étapes. Cousues avec du fil de lin, les semelles sont 100% coton.

Le tissu doit être rincé et amidonné, puis les ouvriers les font passer à la vapeur, les empilent et cousent le tissu dans la semelle. La dernière étape consiste à les marteler pour les faire entrer dans des moules de différentes formes.

Chaque centimètre carré de semelle nécessite au moins 81 points. Une paire compte donc au total environ 500 points. Les semelles fabriquées selon ce procédé comportent plusieurs avantages par rapport à celles en cuir : elles sont plus confortables, elles ne se déforment pas et ne se craquent pas.

Ces dernières années, Neiliansheng a enregistré les étapes de production, pour conserver ces techniques. Et de jeunes ouvriers ont été formés pour perpétuer la tradition.

Enfin, pour faire face à la concurrence des marques modernes, la sociéé a toujours eu le soucis de se renouveler en créant de nouveaux motifs. C'est cette stratégie basée sur la qualité et la nouveauté qui a maintenu Neiliansheng en parfaite santé jusqu'à aujourd'hui. Un modèle à suivre!

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine prolonge l'arrêt des droits d'exploitation du charbon pour prévenir la sur-exploitation
Chine : lancement de sites internet de dénonciation pour supprimer la corruption dans le système judiciaire
Les microblogs sont un moyen, pas une fin en soi
Le développement pacifique, le meilleur choix pour la Chine et le monde
L'«image de la Chine » fait l'objet de discussions lors du Forum de Davos
Les 10 raisons pour lesquelles les Etats-Unis diabolisent la Chine
Quand la « Mère Patrie » en vient à friser l'incident diplomatique...