Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 10.02.2011 13h03
Je m'appelle Barbie et je suis vicieuse

Presque toutes les petites filles rêvent d'avoir une Barbie. Mais sous l'objectif de la photographe canadienne Mariel Clayton, la poupée incarne la violence et l'érotisme.

La photographe dépeint Barbie dans des scènes choquantes de crime et a réalisé ainsi une série de clichés sanglants, où l'on voit Barbie en sado-maso, le suicide de Barbie et Barbie serial-killer.

Mariel Clayton se focalisait au début de sa carrière sur la photographie de voyage. Une visite dans une boutique Barbie à Tokyo l'a inspirée dans la réalisation de projets sur cette poupée, symbole de la femme parfaite.


[1] [2] [3] [4] [5] [6] [7] [8] [9] [10]
[11] [12] [13] [14] [15] [16] [17]

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les foires de la fête du Printemps de Chine
La Chine souhaite la réussite de la réunion préliminaire aux pourparlers militaires entre la RPDC et la République de Corée
L'«image de la Chine » fait l'objet de discussions lors du Forum de Davos
Les 10 raisons pour lesquelles les Etats-Unis diabolisent la Chine
Quand la « Mère Patrie » en vient à friser l'incident diplomatique...
Le rôle de la Chine dans le monde
Face aux problèmes de circulation, Guangzhou met la pédale douce