Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 03.02.2011 09h22
Les journalistes chinois et étrangers sont invités à couvrir les réunions politiques importantes en Chine

Les journalistes chinois et étrangers sont invités à couvrir en mars, les deux événements annuels importants du calendrier politique chinois.

La 4e session du Comité national de la 11eme Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC), l'organe consultatif national, va ouvrir le 3 mars.

La 4e Session de la 11eme Assemblée populaire nationale (APN), le parlement chinois, va ouvrir le 5 mars.

Les directions générales du Comité permanent de l'APN et du Comité national de la CCPPC ont annoncé mardi qu'un centre des médias consacré à ces deux réunions devrait ouvrir le 26 février à l'hôtel du centre des médias.

Les journalistes chinois et étrangers doivent soumettre au centre des médias leur candidature avant le 28 février afin d'obtenir la permission de réaliser des reportages, tandis que les journalistes étrangers résidant temporairement en Chine à l'occasion des "deux sessions" doivent soumettre leur candidature aux ambassades chinoises ou aux organisations autorisées par le ministère des Affaires étrangères.

Deux sites internet ont été ouverts mardi pour aider les journalistes chinois et étrangers à couvrir les "deux sessions".

Les sites -- www.npc.gov.cn/pc/11_4 pour la session de l'APN et www.cppcc.people.com.cn -- pour la session de la CPPCC, vont publier les informations concernant la couverture des évènements, ont indiqué les directions générales.

Les "deux sessions" de l'année dernière ont vu plus de 3 000 journalistes, dont plus de 800 reporters étrangers.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : les personnes de plus de 80 ans toucheront une allocation
Chine : Jia Qinglin insiste sur la stabilité au Tibet
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence