Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>Culture
Mise à jour 09.04.2008 14h01
Des reliques culturelles sorties clandestinement seront renvoyées en Chine

Quelques 156 des reliques culturelles qui avaient été envoyées clandestinement au Danemark devraient être renvoyées à Beijing (Pékin) le 10 avril 2008 suite à la décision d'un tribunal local.

Les antiquités comprennent des figurines en poterie de la dynastie des Tang (618-907) tout comme certains rares objets datant de la dynastie des Xia (2100-1600 av. JC), Yuan (1271-1368) et Ming (1368-1644), a indiqué Song Xinchao, directeur du département du muséum de l'Administration d'Etat du patrimoine culturel (le SACH) lors d'une réception organisée le 3 avril 2008 par l'ambassade de Chine au Danemark.

"La récupération de ces objets démontre la résolution du gouvernement chinois à essayer de retrouver les objets emportés illégalement à l'étranger,".

Song Xinchao dirige un groupe d'experts du SACH qui apporte son aide pour le retour des antiquités. Ces antiquités seront exposées publiquement après leur retour.

La police danoise avait saisi un sac rempli de reliques culturelles emportées en contrebande avec des objets d'autres pays à Copenhague en février 2006, qui a immédiatement informé l'ambassade de Chine.

A partir des photos transmises par la police danoise, les experts chinois les ont reconnu comme étant des reliques culturelles.

Conformément à la convention de 1970 de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), qui interdit le commerce illégal des reliques culturelles, le gouvernement chinois, à travers ses représentants légaux, à demandé auprès d'un tribunal local la rétrocession au gouvernement chinois de ces reliques.

Un groupe d'expert de la SACH a été envoyé au Danemark pour apporter leur aide pendant les procédures.

Le ministère chinois de la sécurité publique et des départements de la protection des reliques culturelles ont localisé les sites où elles ont été volées, pour fournir la preuve juridique à la cour danoise.

La cour danoise a statué en février dernier que les reliques devaient être renvoyées en Chine début avril.

Les deux pays ont achevé les formalités concernant la rétrocession des reliques au début du mois.

La Chine a intensifié ses efforts pour reprendre possession des reliques culturelles perdues ces dernières années. Un cas impliquant une coopération sino-américaine a débuté en mars 2000, moment où une statue volée dans une tombe chinoise de la période des cinq dynasties (907-960) est apparue dans une publicité pour une vente aux enchères aux Etats-Unis. La statue a été saisie par la douane américaine juste avant la vente aux enchères, et après une année de discussion juridiques et diplomatiques, elle a finalement été renvoyée en Chine.

Shan Jixiang, directeur de la SACH, a indiqué au China Daily en février qu'il aimerait inviter les directeurs des principaux musées sur les sites où des objets culturels ont été pillés.

"Ils devraient venir voir comment des peintures murales inestimables ont été découpées et envoyées, et comment des tombes ont été pillées," a-t-il dit, ajoutant que la Chine souhaitait signer avec les Etats-Unis un protocole d'entente sur une coopération dans la prévention du vol de reliques, l'excavation illégale et le commerce illicite des biens culturels.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne



Adresse email du destinataire


 La Chine poursuit son enquête de reliques culturelles
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.