Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Portraits

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>Culture
Mise à jour 10:58
Zen : l'apogée de Shaolin
le Tongzi Gong (le kungfu pour les jeunes garçons)

Les acteurs de l'école de Kung fu rattachées au mondialement célèbre temple de Shaolin veulent porter en évidence le rôle que tient le bouddhisme Zen dans leurs vies quotidiennes quand ils démontreront prochainement leur habileté aux arts martiaux sur la scène de Shanghai, a écrit Michelle Qiao dans le Shanghai Daily.

Le Kung fu rencontre la musique ? Ce n'est pas une fantaisie ? Le légendaire kung fu de Shaolin revient sur la scène de Shanghai pendant une grande partie du mois prochain.

Les moines de Shaolin avaient interprété sur scène « Shaolin Soul », un spectacle musical d'arts martiaux, deux ans auparavant, et le titre du spectacle ainsi que les techniques d'arts martiaux seront toujours vus dans la prochaine version révisée et mise en scène par l'école de Kung Fu rattachée au temple de Shaolin.

Cependant, la nouvelle production contient des éléments ajoutés destinés à susciter les émotions qu'éprouverait le public si il regardait des anciennes peintures chinoises. En cas de succès, le spectacle deviendra une attraction touristique régulière du Théâtre de la salle publique de 600 sièges, tout comme le spectacle d'acrobatie du théâtre du centre de Shanghai.

Les acteurs démontreront leurs arts martiaux sur scène sous une « cascade d'eau » ou sur un « rocher » le long d'une « fontaine » limpide ou dans une « forêt » brumeuse. Un rideau écran représentera une version abstraite de la porte du temple au lieu de la version solide comme dans la réalité qui était utilisée sur scène lors de la première version du spectacle. Dans la nouvelle version, on trouvera dans une salle du monastère un encensoir, un caractère chinois signifiant « Bouddha » ainsi qu'un éclairage artistique.

Des garçons seront assis sur cinq sièges de « lotus » au lieu d'être simplement assis à même le sol pour pratiquer le Tongzi Gong (Le kungfu pour les jeunes garçons) qu'ils doivent apprendre depuis l'enfance. La musique bouddhiste accentuera la sérénité d'une atmosphère Zen déjà tranquille.

« Le vrai kung fu de Shaolin est un mélange de bouddhisme Zen paisible et de superbes arts martiaux, » a déclaré Le metteur en scène He Shuanglin, qui a aussi mis en scène le spectacle il y a deux ans auparavant. « J'ai demandé aux acteurs de ne pas avoir d'expressions agressives lorsqu'ils combattent. »

Il a également suivi le conseil de Jiao Hongpo, président de l'école de Kung Fu rattachée au temple de Shaolin, visant à apporter une pincée d'éléments Zen dans cette version théâtrale révisée de la fête du Kungfu.

Jiao dit que la pratique du Zen a été négligée dans les anciens spectacles. « Avec une histoire de 1500 ans, le kung fu de Shaolin est ancré dans le bouddhisme Zen, » a-t-il déclaré.

« Les moines de Shaolin méditent, chantent des écritures bouddhiques et pratiquent les arts martiaux tous les jours. Mais les représentations au cours des dernières années étaient seulement axées sur les arts martiaux laissant le public avec l'impression superficielle que le Kung Fu de Shaolin est simplement une forme de combat dure et agressive. Maintenant, nous voulons mettre en avant le zen dans le nouveau spectacle, ce qui est après tout, la véritable essence de Shaolin. »

En plus des spectacles de Shanghai, les 21 acteurs se sont aussi joints au théâtre U de percussion de Taiwan pour créer un nouveau spectacle appelé, « A Touch of Zen ».

Le spectacle, avec un budget de 4 millions de yuans (493 827 USD), raconte son histoire à travers des démonstrations dynamiques d'arts martiaux et de tambours sacrés. Ce fut un succès immédiat à Taiwan au cours du mois dernier et le spectacle a déjà été invité au prochain festival des arts de Hong Kong et il y a aussi des plans pour un tour mondial annuel de 60 représentations.

« A Touch of Zen » est une version anglaise du titre chinois qui signifie littéralement « Zen et Arts Martiaux ne sont pas séparés. » Ceci souligne le fait que les arts martiaux sont incomplets sans le bouddhisme et vice versa. »

Le déroulement de l'histoire de « A Touch of Zen » suit la vie d'un enfant abandonné par sa mère au temple de Shaolin après qu'un général de haut rang ait tué son père. Quand le garçon avait 18 ans, il apprend le meurtre de son père ainsi que l'emprisonnement de sa mère et jure de se venger de l'injustice commise à l'égard de sa famille en tuant le général. A travers l'histoire, le garçon et le général sont confrontés avec l'inséparable relation entre le bouddhisme Zen et les arts martiaux.

C'était en 1987 que l'abbé actuel de Shaolin, Shi Yongxin, a introduit le kung fu de Shaolin sur la scène mondiale. Il voulait utiliser le moyen d'expression qu'est le théâtre pour populariser le bouddhisme Zen pratiqué au temple de Shaolin, une institution fondée en 525 ap-JC par le moine indien Bodhidharma.

Au cours des 18 dernières années, les moines de Shaolin ont foulé les scènes de plus de 60 pays et rendu leur ancien temple célèbre à travers le monde.

Aujourd'hui, des centaines d'écoles d'arts martiaux se sont développées autour du temple, attirant des milliers de pratiquants de kung fu étrangers. Mais la plupart des écoles axent leurs enseignements principalement sur l'aspect facilement abordable des arts martiaux sans traiter le sujet du bouddhisme Zen.

Pour faire plus que de simplement divertir le public avec des techniques impressionnantes d'arts martiaux, le monastère a entamé le processus de demande afin que l'UNESCO déclare que le kung fu de Shaolin devrait être inclus parmi les chefs d'oeuvre du patrimoine oral et incorporel de l'humanité. Seulement deux autres formes d'art chinois, l'opéra Kunqu et la musique du guqin (instrument à sept cordes) ont reçu cet honneur.


L'abbé Shi a souligné à plusieurs reprises la différence entre les arts martiaux de Shaolin et le kung fu de Shaolin.

« Le kung fu de Shaolin est une riche relique culturelle religieuse chinoise qui englobe à la fois les arts martiaux, le bouddhisme Zen, la médecine et les arts de Shaolin, » a-t-il déclaré. « Au cours de l'Histoire, la pratique des arts martiaux a été seulement utilisée pour protéger notre temple et le bouddhisme. Le Zen est l'essence et la source de notre sagesse ultime. »

Le temple est aussi en train rénover sa maison d'accueil de visiteurs en hôtel de style d'inspiration Zen, constitué de 100 chambres qui devrait ouvrir au mois d'avril prochain. L'hôtel - construit d'après les standards d'un hôtel quatre étoiles - offre une ambiance Zen, des séminaires de Zen, des cours de qigong Zen et de la nourriture végétarienne. Ce sera une sorte de refuge pour les gens qui veulent purifier leurs coeurs et esprits à travers la pure méditation.

Ainsi, Le Zen ne sera plus considéré comme un élément mystérieux enveloppé dans le kung fu Shaolin. A travers la nouvelle production de « Shaolin Soul », la relation entre le bouddhisme Zen et les arts martiaux de Shaolin émergera finalement de son coin poussiéreux et oublié.

Pourtant, peut-être que l'on pensera que l'âme véritable du kungfu de Shaolin aurait dû être révélée un peu plus tôt.

04/08/2005

le Qigong
le Erzhichan


Adresse email du destinataire


Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.