Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 06.09.2012 08h21
La Nouvelle-Zélande cherche à développer ses relations avec la Chine (PM)

La Nouvelle-Zélande cherchera encore à renforcer ses liens de commerce et d'investissement avec la Chine et à approfondir leur coopération dans la région du Pacifique, a déclaré mercredi le Premier ministre néo-zélandais John Key lors d'un symposium marquant le 40e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays.

"A présent, la Nouvelle-Zélande exporte chaque jour vers la Chine plus de 10 fois la valeur annuelle exportée en 1972", a rappelé M. Key lors de cette activité organisée par l'Académie chinoise des sciences sociales, l'Institut néo-zélandais des affaires internationales et le Centre de recherche de la Nouvelle-Zélande sur la Chine contemporaine.

"La hausse rapide du niveau de vie, l'urbanisation croissante et l'augmentation des besoins en protéines ont soutenu la demande de produits en provenance de la Nouvelle-Zélande", a estimé le chef du gouvernement néo-zélandais.

Depuis 2008, année où la Nouvelle-Zélande a été le premier pays développé à signer un accord de libre-échange avec la Chine, les exportations de marchandises néo-zélandaises vers la Chine ont triplé et la Chine est devenue le deuxième marché d'exportation en termes d'importance, avec le lait et le bois parmi les plus importants produits d'exportation, suivis de la viande et de la laine.

Les deux pays sont sur la bonne voie pour atteindre l'objectif fixé par M. Key et le Premier ministre chinois Wen Jiabao en 2010, soit de doubler le commerce à 20 milliards de dollars néo-zélandais par an d'ici 2015, a-t-il rappelé.

Les investissements avec la Chine, bien que beaucoup plus modestes que les échanges commerciaux, augmentent de plus en plus.

La Chine est le onzième plus important investisseur en Nouvelle-Zélande, le montant de ses investissements ayant atteint 1,8 milliard de dollars néo-zélandais l'an dernier, en majeure partie destinés aux secteurs de la forêt, de la fabrication et de l'agriculture.

"La Chine investit également dans des obligations du gouvernement néo-zélandais, contribuant au faible taux d'emprunt record dont jouit présentement la Nouvelle-Zélande", a affirmé M. Key.

Le nombre de touristes chinois a augmenté de 33% l'année dernière et il continuera à croître en vertu d'un accord de services aériens signé plus tôt cette année.

La Chine est également le plus important client de la Nouvelle-Zélande en terme d'éducation, la Nouvelle-Zélande accueillant actuellement quelque 23 000 étudiants chinois.

Lors du Forum des îles du Pacifique organisé la semaine dernière, les gouvernements des îles Cook, de la Chine et de la Nouvelle-Zélande ont annoncé un projet conjoint visant à fournir un système d'approvisionnement d'eau bonifiée à Rarotonga, la plus large des îles Cook, marquant ainsi la première initiative de développement conjoint entre la Nouvelle-Zélande et la Chine dans le Pacifique.

"C'est un exemple de la façon dont nous pouvons travailler ensemble pour obtenir le plus grand bénéfice de nos programmes d'aide dans le Pacifique", s'est réjoui M. Key.

"Il est raisonnable de supposer qu'à l'avenir, les tendances actuelles vont se maintenir".

L'activité économique mondiale devrait garder sa vigueur en passant continuellement de l'Atlantique à la région de l'Asie-Pacifique, plaçant les plus grands marchés néo-zélandais en croissance autour du bassin du Pacifique.

"Nous avons beaucoup de choses à vendre à d'autres pays, mais nous voulons aussi voir des entreprises néo-zélandaises former des partenariats productifs avec les entreprises d'Asie et du Pacifique", a assuré M. Key.

"Pour opérer avec succès dans cette région au cours des décennies à venir, on devra acquérir une bonne compréhension de la Chine et de l'Asie en général", a-t-il proposé.

La stratégie du gouvernement néo-zélandais à l'égard de la Chine, lancée en février dernier, contribuera à développer des services plus ciblés et plus pertinents pour aider les entreprises à s'implanter en Chine avec succès. "Nous voulons être transparents quant à nos intérêts bilatéraux et nous concentrer sur les progrès", a-t-il ajouté.

Voici les cinq objectifs de cette stratégie:

-- Maintenir et construire une relation politique forte et solide;

-- Doubler le commerce bilatéral à 20 milliards de dollars néo-zélandais d'ici 2015;

-- Augmenter le commerce des services, y compris les services en matière d'éducation, de 20%, et accroître de 60% d'ici 2015 la valeur des exportations de services touristiques;

-- Accroître les investissements;

-- Elargir la collaboration en science et en technologie de haute qualité, qui génèrent des collaborations commerciales.

Environ 200 délégués des gouvernements, des entreprises, des médias, des milieux universitaires et de la communauté ont assisté au symposium d'une journée au cours duquel ils ont discuté de sujets aussi divers que la politique, la diplomatie, l'éducation, la culture, les relations économiques et les défis à relever.

News we recommend

Les 10 plus célèbres en-cas de Pékin Paris et les Parisiens sous l'objectif d'un photographe français   En 2050, les étrangers seront-ils des travailleurs migrants en Chine ?
Mao et le mystérieux banquet d'Etat chinois   Une cérémonie de mariage chinois à l'ancienne Le J-10, chasseur chinois de troisieme génération
La soeur de la Joconde au Louvre Une bande dessinée pour témoigner de la croissance d'un enfant Les « morts » anormales des ponts en Chine


Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
De l'« usine du monde » vers la « marque mondiale »
Des liens étroits avec Tokyo sont 'cruciaux' pour les Etats-Unis
Pourquoi les consommateurs chinois de produits de luxe sont-ils si jeunes ?