Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 26.07.2012 16h12
Luo Yuan : Les îles Ryukyu appartiennent-elles au Japon ?

Si le Japon a prétendu posséder « les îles Diaoyu », c'est parce que les îles Diaoyu appartenaient à l'époque à Okinawa (Ryukyu) : Selon le « Traité de paix avec le Japon» signé en 1951, les Etats-Unis ont eu la tutelle des îles Ryukyu, y compris les îles de Diaoyu. En 1972, lorsque les Etats-Unis ont rendu les îles Ryukyu au Japon, ces territoires comprenaient également les îles de Diaoyu.

Cependant, il en ressort quatre problèmes : Premièrement, la légitimité du « Traité de paix avec le Japon ». Deuxièmement, est-ce que les îles de Diaoyu appartiennent aux îles Ryukyu. Troisièmement, est-ce que les îles Ryukyu appartiennent au Japon. Quatrièmement, quels sont les territoires du Japon après la guerre.

Premièrement, ce Traité de paix avec le Japon est illégal. Le 4 septembre 1951, les Etats-Unis ont invité unilatéralement 52 pays à se réunir à San Francisco. Cependant, la Chine, la force principale de la lutte contre le Japon lors de la seconde guerre mondiale, n'a pas été invitée à participer à cette réunion. Dans ce traité, le Japon a consenti à placer les îles Ryukyu et Bonin sous la tutelle de l'ONU et à nommer les Etats-Unis comme le seul organe d'administration. Le 18 septembre 1951, le gouvernement chinois a fait une déclaration officielle, refusant d'accepter la légitimité du Traité.

Deuxièmement, les îles Diaoyu n'appartiennent pas aux îles Ryukyu. Au contraire, elles appartiennent à la Chine. Selon le 3e article du 2e chapitre du Traité, les territoires sous la tutelle de l'ONU ne comprennent pas les îles Diaoyu. Depuis l'antiquité, les îles Diaoyu appartiennent à la Chine. Au début de la dynastie des Ming, les îles Diaoyu se touvaient dans les territoires chinois. Sur la carte « les trois provinces et les trente-six îles de l'archipel Ryukyu » du livre « Sangoku-tsuran zusetsu » (A Comprehensive Map of the Three Countries ) publié par le Japon en 1785, les îles Diaoyu ont été marquées en dehors des territoires des îles Ryukyu et des territoires chinois. Pourtant, en 1953, les Etats-Unis une fois la tutelle rendue officielle, ont publié la « carte des îles Ryukyu» et ont classé les îles Diaoyu dans les territoires des îles Ryukyu. Maintenant, le problème est de savoir si les Etats-Unis ont le pouvoir de repertorier les îles chinoises Diaoyu dans les territoires de l'archipel Ryukyu.

Troisièmement, l'archipel Nansei n'appartient pas au Japon, puisqu'il était un pays tributaire de la Chine. En effet, à partir de 1372, l'archipel a commencé à payer un tribut à la dysnastie chinoise des Ming et cette dernière a conféré le titre de roi à son gouverneur. Les échanges entre les fonctionnaires, les habitants de l'archipel et de la dystanie des Ming étaient très fréquents. Avant d'être occupé par le Japon en 1879, le royaume de Ryukyu était un territoire indépendant relevant directement du gouvernement chinois.

La plupart de ses habitants venaient des régions côtières des provinces du Fujian, du Zhejiang et de Taiwan, qui étaient liés par le sang avec leur Patrie, la partie continentale de Chine. La langue officielle parlée et écrite d'alors était le chinois et les lois et réglementations pratiquées y étaient les mêmes que celles du gouvernement chinois.

Apèrs la défaite du Japon en 1945, l'archipel Nansei a rétrouvé son indépendance. En 1971, à la veille de l'établissement des relations diplomatiques sino-américaines, les Etats-Unis ont craint de ne plus pouvoir maintenir leur base militaire sur l'archipel Nansei, si la Chine reprenait la souveraineté. Par conséquent, les Américains ont donné au Japon le droit d'administration (mais pas la souverainté) de l'archipel. A ce moment-là, incapables de renverser la décision américaine, des milliers d'habitants de l'archipel se sont rassemblés sur la place centrale : ils ont pleuré et se sont promis d'expulser les envahisseurs japonais.

Depuis des décennies, ils n'ont jamais cessé leur combat pour obtenir l'indépendance. En mars 2006, un référendum a été organisé sur l'archipel. 75% des habitants ont dit oui à l'indépendance et au rétablissement des relations avec la Chine, alors que 25% des personnes, d'origine japonaise, se sont opposés à l'indépendance, restant pour l'autonomie de l'archipel. La conclusion qui s'impose est que le Japon ne devrait pas disputer la souveraineté des îles Diaoyu à la Chine, puisque la souveraineté de l'archipel Nansei, qu'ils prétendent avoir, reste encore à prouver...

Quatrièmement, selon le 8e article complémentaire de la Déclaration de Postsdam, « Conformément à ce qui est écrit, la Déclaration du Caire doit entrer en vigueur et la souveraineté japonaise se limite aux îles de Honshu, de Hokkaido, de Kyushu, de Shikoku et à d'autres petites îles que nous avons déterminées. » Cet article nous montre clairement que le territoire japonais après sa défaite lors de la Seconde Guerre Mondiale ne comprend pas l'archipel Nansei, c'est-à-dire les îles Diaoyu. Le Japon doit accepter la décision prise après la Guerre.

(Ecrit par Luo Yuan, vice-président permanent de l'Association chinoise pour la Promotion de la Culture et des Stratégies).

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 26 juillet
Les excuses de la France pour les crimes antisémites, une leçon pour l'histoire ?
L'Afrique est a même de choisir ses propres amis
Ce que cache la visite du Ministre japonais des Affaires Etrangères au Vietnam