Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 04.07.2012 13h10
Les ministres chinois et portugais des Affaires étrangères se rencontrent à Beijing

Le ministre chinois des Affaires étrangères Yang Jiechi s'est entretenu mardi avec le ministre portugais d'Etat et des Affaires étrangères Paulo Portas.

"La Chine et le Portugal sont de bon amis qui s'accordent une confiance mutuelle", a indiqué M. Yang, notant que les relations bilatérales entre les deux pays ont continué de progresser grâce aux efforts conjoints des deux parties.

La Chine est prête à promouvoir les échanges amicaux et la coopération mutuellement bénéfique avec le Portugal sur la base d'un esprit de solidarité, a-t-il indiqué.

M. Yang a indiqué que la Chine attachait une importance particulière à ses relations avec l'Union européenne (UE) et espérait renforcer sa coopération avec elle afin de faire avancer le développement des liens Chine-UE.

La Chine joue un rôle important dans les affaires internationales, a indiqué M. Portas.

Le Portugal apprécie les réussites de la Chine dans son développement national et accorde toujours la priorité diplomatique à ses relations avec elle, a-t-il ajouté.

Il a souhaité la bienvenue aux entreprises chinoises désirant investir au Portugal, notant que son pays était prêt à promouvoir davantage le partenariat stratégique bilatéral global et à faire progresser le développement des liens UE-Chine.

Les deux parties ont également échangé leur points de vue sur la crise des dettes européennes et sur diverses questions d'intérêt commun.

M. Portas effectue une visite officielle en Chine du 30 juin au 8 juillet.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Proposition pour une Autorité Fiscale Européenne (AFE), un Fonds de Réduction de la Dette et des Bons du Trésor Européens
Réticences de l'Allemagne quant à un accord sur la menace de la stabilité européenne
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire