Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 26.06.2012 08h45
INTERVIEW : L'importance stratégique des relations sino-chiliennes (ex-président du Chili)

Développer des relations avec la Chine revêt une grande importance stratégique pour le Chili, dans un contexte de crise de la dette dans la zone euro et de stagnation de l'économie américaine, a indiqué l'ancien préident chilien Eduardo Frei.

M. Frei a tenu ces propos dimanche, lors d'une interview accordée à Xinhua juste avant la visite officielle du Premier ministre chinois Wen Jiabao, qui sera au Chili lundi et mardi.

M. Frei, qui est maintenant sénateur, s'est rendu en Chine en avril, à la tête d'une délégation sénatoriale chilienne. Rappelant cette récente visite, il a souligné que l'économie chinoise faisait preuve d'un grand dynamisme dans l'ensemble du pays, et que le marché de la consommation était en pleine expansion, ajoutant qu'il y avait là de grandes opportunités commerciales pour le Chili.

M. Frei, qui a été président du Chili de 1994 à 2000, a fait adhérer son pays à l'APEC dès la première année de son mandat présidentiel, une décision qui fut à l'époque moquée par beaucoup.

Aujourd'hui cependant, le volume des échanges entre le Chili et la Chine s'apprête à atteindre 35 milliards de dollars, soit le quart du commerce extérieur du Chili.

Le Chili a toujours été un pionnier parmi les pays latino-américains pour ce qui est de la promotion des relations économiques avec la Chine, a affirmé M. Frei.

Le Chili est de fait le premier pays d'Amérique du Sud à avoir établi des relations diplomatiques avec la Chine, mais aussi le premier pays latino-américain à avoir conclu un accord bilatéral avec la Chine relativement à l'entrée de la Chine dans l'OMC, le premier à avoir officiellement reconnu le statut d'économie de marché à la Chine, et le premier à avoir signé un accord de libre-échange avec la Chine.

En plus du cuivre, qui est devenu le premier produit d'échange dans le commerce sino-chilien, M. Frei a indiqué que le poulet, le porc et la myrtille avaient trouvé un important marché en Chine après la levée des barrières de contrôle et de quarantaine ces deux dernières années. Il a souhaité que davantage de boeuf et de lait chiliens puissent également être exportés vers le marché chinois.

De l'avis de M. Frei, les relations entre le Chili et la Chine sont maintenant arrivées à maturité. Il a d'ailleurs relevé que la confiance politique mutuelle n'avait cessé de se renforcer, et que les gouvernements des deux pays avaient jeté des bases solides pour permettre aux entreprises des deux pays de jouir d'une coopération plus large.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire
Comment la Grande-Bretagne a créé la « question tibétaine »
Les partis pris contre la Chine persistent