Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 21.06.2012 13h03
Un porte-parole du ministère chinois des A.E. appelle la Chine et le Japon à renforcer leur confiance mutuelle

Un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a appelé mercredi la Chine et le Japon à renforcer leur confiance mutuelle, alors qu'une récente étude a révélé que les peuples des deux pays nourrissent une attitude négative l'un envers l'autre.

Le porte-parole Hong Lei a fait cette remarque lors d'une conférence de presse, invité à commenter le résultat de cette étude.

Selon cette étude, financée conjointement par le journal chinois en langue anglaise, China Daily, et Genron NPO, un groupe de réflexion japonais, 84% des Japonais ont une attitude négative à l'égard de la Chine, tandis que la proportion de Chinois ayant une impression négative du Japon reste également élevée.

La Chine et le Japon doivent respecter les principes des quatre documents politiques signés entre les deux pays et préserver le développement sain et stable des relations bilatérales, a indiqué M. Hong.

Les quatre documents politiques, à savoir le Communiqué conjoint sino-japonais, le Traité de paix et d'amitié sino-japonais, la Déclaration conjointe sino-japonaise et le communiqué conjoint sino-japonais sur la promotion des relations stratégiques et mutuellement bénéfiques, constituent la base du développement des relations bilatérales.

"Les deux pays doivent s'efforcer de contribuer à la confiance mutuelle et s'opposer fermement à tout ce qui pourrait lui nuire", a-t-il déclaré.

La Chine souhaite que les peuples des deux pays améliorent leur attitude l'un envers l'autre, afin de consolider la base sociale des relations bilatérales, a ajouté le porte-parole.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire
Comment la Grande-Bretagne a créé la « question tibétaine »
Les partis pris contre la Chine persistent