Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 19.06.2012 08h36
INTERVIEW La Chine a une bonne histoire à raconter à Rio (ancien chef du PNUE)

"La Chine a une bonne histoire à raconter ici à Rio et j'espère qu'elle la racontera", a déclaré Maurice Strong, ancien directeur du Programme de l'ONU pour l'environnement (PNUE), à Xinhua ici à Rio de Janeiro, dans une interview.

"Je cite la Chine comme exemple pour montrer comment une économie connaissant une croissance rapide peut quand même gérer les questions environnementales", a déclaré dimanche M. Strong, qui a été nommé premier directeur exécutif du PNUE lors de sa création en 1972 par l'Assemblée générale de l'ONU.

La Chine agit ainsi même si c'est difficile, car "la croissance rapide de l'économie a tendance à compenser les progrès enregistrés par la Chine au niveau de l'environnement", a-t-il indiqué.

M. Strong a rappelé qu'il avait travaillé en étroite collaboration avec la délégation chinoise lors de la première réunion de l'ONU sur l'environnement à Stockholm en 1972 qu'il avait lui-même présidée.

Après cette réunion, la Chine avait géré toutes sortes de difficultés et établi une agence de protection de l'environnement en 1973, chose "très nouvelle en ce temps", a-t-il expliqué.

M. Strong, qui était également secrétaire général du dernier sommet de la Terre Rio en 1992, a déclaré que la Chine devrait partager ses "bonnes" histoires avec les autres pays participants au sommet Rio+20.

La Chine devrait partager "ce qu'elle fait et ce qu'elle compte faire avec son développement harmonieux basé sur les sciences", a-t-il souligné. "Et la politique chinoise se base sur les sciences".

Par exemple, la Chine est le seul pays qu'il connaisse où des officiels sont jugés en partie sur leurs performances environnementales, a-t-il souligné: "Je ne connais aucun autre pays à le faire".

M. Strong a également indiqué que la Chine connaissait de nombreux problèmes, comme une consommation d'énergie élevée par unité du PIB et la pollution de l'air, "mais les progrès sont très bons et l'histoire que la Chine a à raconter est très bonne".

"La Chine devient un exemple et doit continuer à avancer sur le plan domestique", a-t-il déclaré. "Mais elle avance, ses politiques avancent dans la bonne direction".

Lors de la conférence Rio+20, la Chine devrait partager son expérience, les progrès accomplis et sa politique pour le futur, a-t-il déclaré. "Le monde ne peut atteindre un développement durable sans la Chine, et la Chine ne peut envisager son futur sans le monde".

En tant leader mondial, la Chine a besoin du monde et le monde a besoin de la Chine, a poursuivi Maurice Strong. "Je suis vraiment convaincu que la Chine est l'influence la plus importante aujourd'hui dans le monde moderne".

Du 20 au 22 juin, plus de 130 chefs d'Etat ou de gouvernement ainsi que des dizaines de milliers de représentants se rassembleront ici à Rio de Janeiro pour discuter d'un modèle de développement durable et prendre des décisions importantes sur le processus de développement durable dans le monde.

Par rapport à sa précédente version il y a 20 ans, le sommet Rio+20 intervient à un moment où il est très difficile "d'obtenir le type de décisions que nous voulons", a expliqué M. Strong.

"Mais heureusement, il peut être la rampe de lancement d'une nouvelle période de négociations et de processus positifs", a-t-il ajouté.

par WANG Xiangjiang

Source: xinhua

Articles pertinents
Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Comment la Grande-Bretagne a créé la « question tibétaine »
Les partis pris contre la Chine persistent
Le sommet du G20 va être confronté à de lourdes tâches