Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 18.06.2012 08h29
Les relations sino-grecques basées sur le respect mutuel, selon le président grec (INTERVIEW)

Le développement des relations entre la Grèce et la Chine repose sur les fondements solides du respect mutuel et de la volonté politique, a estimé le président grec Karolos Papoulias.

Les relations bilatérales sont fondées sur l'estime et le respect mutuel entre les peuples grec et chinois, et sur l'amour et le respect des civilisations anciennes, a indiqué M. Papoulias dans une interview accordée à l'agence Xinhua.

Les deux peuples admirent l'histoire remarquable qui lie les deux pays, a-t-il noté à l'occasion du 40e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Grèce et la Chine.

"Je suis certain que ces quarante années ont été des années de développement positif des relations entre la Grèce et la Chine", a poursuivi le président grec, avant d'ajouter : "Grâce à la volonté politique et la volonté de nos peuples, les relations bilatérales seront marquées par le succès et le bonheur dans les années à venir."

En outre, les relations bilatérales se sont développées dans un cadre juridique plus large, qui comprend de nombreux accords signés au fil des ans, a rappelé M. Papoulias.

"Je pense que les dernières années pointent en direction d'un développement diversifié de nos relations pour les années à venir", a-t-il fait remarquer, citant deux événements importants dans les relations sino-grecques, à savoir l'accord de partenariat stratégique global conclu en 2006 et la déclaration publiée en 2010 sur le renforcement du partenariat.

"Je crois que ce sont des succès que nous ne devons pas oublier, des succès dont nous devons nous inspirer pour la poursuite du développement de nos relations", a souligné le président grec.

Le volume des échanges commerciaux bilatéraux atteint aujourd'hui trois milliards de dollars, alors qu'il ne s'élevait qu'à un million de dollars en 1972, a rappelé M. Papoulias.

S'agissant du transport maritime, un pilier de la coopération entre les deux pays, M. Papoulias a indiqué que les armateurs grecs avaient conclu des contrats avec les chantiers navals chinois pour la construction de navires d'une valeur globale de plus de 50 milliards de dollars.

Il s'est aussi félicité des investissements des entreprises chinoises dans les secteurs du tourisme, de l'énergie et d'autres secteurs encore. La Grèce déploie des efforts en vue de la privatisation et cherche à développer de nouvelles formes de coopération avec la Chine.

Le chef de l'Etat grec a par ailleurs révélé qu'il était un admirateur du peuple et de l'histoire de la Chine, et ce depuis sa jeunesse, époque où il étudiait tout ce qu'il pouvait obtenir sur l'histoire, la philosophie et les réalisations scientifiques chinoises.

"Cela a coïncidé avec une époque héroïque du peuple grec, où nous avons résisté à l'occupation fasciste et nazie, et où l'on regardait de loin, bien sûr, les succès du peuple chinois dans sa résistance unie contre l'invasion fasciste japonaise", a expliqué M. Papoulias, évoquant la Seconde Guerre mondiale.

"Je souhaite que le peuple chinois atteigne tous les objectifs qu'il se fixe, et je pense en particulier au grand effort en cours qui vise à assurer un avenir meilleur à la population rurale chinoise", a lancé M. Papoulias.

Par LIU Yongqiu, Maria SPILIOPOULOU, CHEN Zhanjie

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Comment insuffler de la vie dans la Zone Euro
La Syrie, un nouveau coup de menton de l'Occident
Un plan d'action enthousiasmant