Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 17.05.2012 08h12
Une rencontre qui « porte atteinte aux intérêts de la Chine »

Beijing proteste contre la rencontre entre David Cameron et le Dalaï Lama.

Le Vice-ministre chinois des Affaires Etrangères Song Tao a convoqué l'ambassadeur du Royaume-Uni Sebastian Bois mardi matin et a condamné la rencontre entre le Premier Ministre britannique David Cameron et le Vice-Premier ministre Nick Clegg avec le Dalaï Lama lundi à Londres.

Cette rencontre fait fi des protestations répétées de la Chine et de l'intérêt général des relations bilatérales et constitue une grave ingérence dans les affaires intérieures de la Chine, a déclaré M. Song.

« Cela porte atteinte aux intérêts de base de la Chine et blessé les sentiments du peuple chinois. Il doit y avoir des actions concrètes du côté britannique pour créer des conditions favorables au développement sain des relations bilatérales », a ajouté le Ministre.

Mardi toujours, la Chine a déposé une protestation contre la rencontre des deux dirigeants britanniques avec le Dalaï Lama, qui, selon les analystes, est utilisé comme un «outil politique» par les pays occidentaux pour faire pression sur l'émergence de la Chine.

La Chine a exprimé sa « vive indignation et sa ferme objection » face à cette rencontre, a déclaré le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hong Lei lors d'une conférence de presse régulière.

Lundi à Londres, MM. Cameron et Clegg ont rencontré le Dalaï-Lama, qui, aux termes de M. Hong, est « un exilé politique engagé depuis longtemps dans des activités sécessionnistes anti-chinoises, sous couvert de religion ».

Cette rencontre a envoyé de faux signaux aux forces de l'« indépendance du Tibet », a dit M. Hong.

La réunion a été qualifiée de « privée » et n'a pas eu lieu au domicile du Premier Ministre à Downing Street, a rapporté l'AFP.

Le Dalaï Lama était à Londres pour recevoir le Prix Templeton, d'1,8 million de Dollars US, a indiqué le communiqué. C'est la partie britannique qui a organisé l'occasion, en dépit des démarches répétées de la Chine, a ajouté M. Hong.

L'ambassade de Chine à Londres a également déposé des protestations solennelles auprès de la partie britannique, a-t-il ajouté.

M. Hong déclaré que la que stion du Tibet est un sujet qui concerne exclusivement les affaires intérieures de la Chine. « La Chine s'oppose fermement à toute rencontre d'un dirigeant étranger avec le Dalaï Lama sous quelque forme que ce soit, et elle s'oppose à ce que tout pays ou toute personne s'ingère dans les affaires intérieures de la Chine en utilisant la question du Tibet », a-t-il dit.

M. Hong a exhorté la partie britannique à prendre au sérieux la position solennelle de la Chine, à cesser de céder et de soutenir les forces anti-chinoises de l'« indépendance du Tibet » et à prendre des mesures immédiates et efficaces pour minimiser l'impact néfaste de la chose, afin de sauvegarder le développement global des relations bilatérales.

Le Dalaï-Lama a fui en exil en Inde en 1959 lors d'un soulèvement raté contre le Gouvernement chinois.
Toute une série d'auto-immolations a eu lieu dans les zones tibétaines des provinces du Sichuan et du Qinghai, en bordure du Tibet, ces derniers mois.

Au moins deux attaques de postes de police par la foule ont été signalées dans les zones tibétaines sensibles du Sichuan à la fin de janvier, faisant au moins deux morts et plus d'une douzaine de blessés, a rapporté l'agence de presse Xinhua.

« La clique du Dalai Lama se livre à de plus en plus de tentatives de division de la Chine, et quelques moines et nonnes dans les régions à population tibétaine leur ont écho à distance », selon les propos de Li Changping, un haut responsable provincial du Sichuan, au cours d'une récente réunion à Beijing, rapportés par l'agence de presse Xinhua.

« Le dalaï-lama lui-même permet à des puissances occidentales avides d'humilier la Chine de l'utiliser comme un outil », a déclaré Brendan O'Neill, rédacteur en chef d'un magazine en ligne nommé « Spiked », dans un article publié dans le Guardian, un quotidien national britannique.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Le protectionnisme est « myope »
Chine : une ineptie dont il est nécessaire de se débarasser dans l'obention de « diplômes supérieurs fallacieux »
Une nouvelle dynamique pour les relations Chine-UE