Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 14.05.2012 08h14
Le PM chinois appelle à la patience et à la bonne volonté pour atténuer les tensions sur la péninsule coréenne

Le Premier ministre chinois Wen Jiabao a appelé dimanche toutes les parties concernées à apaiser les tensions sur la péninsule coréenne avec sagesse, patience et bonne volonté.


M. Wen a fait cette remarque à l'issue d'une réunion trilatérale avec le Premier ministre japonais Yoshihiko Noda et le président de la République de Corée, Lee Myung-bak.


Lors d'une conférence de presse conjointe suivant le sommet, M. Wen a indiqué que les trois dirigeants avaient porté une grande attention à la situation en Asie du nord-est.


La paix et la stabilité en Asie du nord-est sont dans l'intérêt de chacun des pays de la région, et elles sont la condition préalable la plus importante au développement durable et à la prospérité dans la région, a noté le Premier ministre chinois.


Il incombe à la Chine, au Japon et à la République de Corée, en tant que pays importants d'Asie du nord-est, de prendre leurs responsabilités dans la région, selon le Premier ministre chinois.


"Nous devons absolument abandonner la mentalité de la guerre froide et nous efforcer de traiter les affaires concernées via le dialogue et les négociations, en gardant en tête les préoccupations légitimes de sécurité de chacune des parties", a-t-il indiqué.


"Ce qui est le plus urgent (pour nous) c'est de faire tous les efforts possibles afin d'éviter l'escalade des tensions sur la péninsule coréenne", a-t-il ajouté.


"Chaque partie doit donner toute la mesure de sa sagesse, garder patience, manifester sa bonne volonté pour calmer le conflit et revenir sur la bonne voie du dialogue et des négociations", a exhorté M. Wen, appelant aux efforts continuels pour une dénucléarisation de la péninsule coréenne grâce aux pourparlers à six.


Les pourparlers à six, qui réunissent la République populaire démocratique de Corée (RPDC), la République de Corée, les Etats-Unis, la Chine, le Japon et la Russie, ont été lancés en 2003, mais interrompus en décembre 2008. La RPDC a quitté les pourparlers en avril 2009.


Durant la réunion trilatérale, les dirigeants ont également échangé leurs points de vue sur la situation en RPDC et sur une déclaration présidentielle publiée par le Conseil de Sécurité de l'ONU concernant ce pays, selon le Premier ministre japonais Yoshihiko Noda et le président de la République de Corée, Lee Myung-bak.


La RPDC avait lancé le 13 avril le satellite d'observation Kwangmyongsong-3 pour marquer le centenaire de son défunt fondateur Kim Il-sung. La fusée à longue portée s'était cependant écrasée en mer après avoir voyagé sur une courte distance. La RPDC avait confirmé plus tard cet échec.


Le 16 avril, le Conseil de Sécurité de l'ONU avait publié une déclaration présidentielle condamnant ce lancement, et avait demandé à Pyongyang de respecter scrupuleusement les résolutions concernées et de suspendre toutes les activités concernant son programme de missiles balistiques.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Chine : une ineptie dont il est nécessaire de se débarasser dans l'obention de « diplômes supérieurs fallacieux »
Une nouvelle dynamique pour les relations Chine-UE
La Chine s'engage à doubler le volume de son commerce avec l'Europe de l'Est et Orientale