Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 06.03.2012 08h19
Un conseiller politique appelle à développer l'aviation générale avec prudence

Feng Peide, membre du 11e Comité national de la Conférence consultative politique du Peuple chinois (CCPPC, organe consultatif suprême du pays), a déclaré lundi que le développement de l'aviation générale et l'ouverture de l'espace aérien à basse altitude étaient "impératifs", mais devaient se dérouler avec prudence en raison de la sécurité nationale et de la sûreté du transport aérien.

"Le nombre d'appareils d'aviation générale en Chine va augmenter considérablement d'ici 2020", a annoncé M. Feng, également expert en technologie inertielle, ajoutant que le niveau de l'aviation générale chinoise se situe loin derrière celui des pays industrialisés.

L'aviation générale désigne les activités aériennes civiles autres que les vols militaires et commerciaux ou les cargos réguliers. Les vols de l'aviation générale sont souvent effectués par les hélicoptères et les avions d'affaires dans l'espace aérien à une altitude inférieure à 1 000 m.

Par exemple, les hélicoptères en service en Chine, très utilisés dans les opérations de secours à la suite de catastrophes naturelles ou d'accidents de la route, ne sont que quelques centaines dans le pays, contre près de 30 000 aux Etats-Unis, a indiqué M. Feng, en marge de la session annuelle du Comité national de la CCPPC.

Depuis janvier 2012, l'espace aérien inférieur à mille mètres dans le nord-est, le centre et le sud de la Chine, ainsi qu'au-dessus de six villes pilotes, est ouvert aux vols de l'aviation générale.

Ce changement avait été décidé après que le Conseil des Affaires d'Etat (gouvernement chinois) et la Commission militaire centrale eurent conjointement publié en novembre 2010 un ordre permettant pour la première fois l'ouverture de l'espace aérien à basse altitude du pays.

"Cela n'est qu'un début", a expliqué M. Feng, appelant à des études pour déterminer la manière d'assurer la sécurité nationale et la sûreté du transport aérien.

L'espace aérien à basse altitude dans le pays est contrôlé par les forces aériennes et l'Administration de l'aviation civile de Chine. Les vols privés à basse altitude ne peuvent se dérouler qu'après approbation, une procédure longue et compliquée qui entrave les demandes de vols privés.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 5 mars
Principales nouvelles du 5e mars
Deux sessions pour l'histoire…
Les deux sessions de l'APN et de la CCPPC : ce qui nous préoccupe et nous intéresse le plus
Manille joue à nouveau les fauteurs de troubles