Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 19.02.2012 09h38
L'opposition chinoise à un projet de résolution de l'Assemblée générale de l'ONU sur la Syrie démontre ses responsabilités (expert)

L'opposition chinoise à un projet de résolution sur la Syrie à l'Assemblée générale de l'ONU montre que la Chine peut assumer des responsabilités plus importantes dans les affaires internationales, a indiqué un expert.

Cette décision (voter contre le projet de résolution) se conforme à la politique étrangère de la Chine de maintenir la paix et la stabilité mondiales et au principe de non-intervention dans les affaires intérieures des autres pays, a indiqué Moustapha Saphariny, directeur du Centre de l'information arabe, samedi à l'agence Xinhua.

L'Assemblée générale de l'ONU a adopté jeudi une résolution qui soutient une transition politique en Syrie. La résolution appelle également à la nomination d'un envoyé spécial de l'ONU dans ce pays du Moyen-Orient en proie à une crise politique qui dure depuis 11 mois.

La Chine a voté contre le projet de résolution, déclarant qu'elle s'oppose à l'intervention armée ou l'imposition d'un "changement de régime" en Syrie.

Le document est similaire au projet de résolution auquel la Russie et la Chine, deux membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, ont opposé leur veto le 4 février au Conseil de sécurité. Le projet soumis au Conseil de sécurité demandait au président syrien Bachar al-Assad de transférer le pouvoir à son vice-président.

Selon M. Saphariny, la Chine n'a démontré la partialité à aucune partie sur la crise syrienne et joue un rôle positif, concret et constructif dans les efforts de régler la crise.

La Chine a appelé le gouvernement syrien à répondre aux aspirations raisonnables de la population et entamer un dialogue national et un processus politique "tolérant" qui inclut une fin aux violences, a expliqué M. Saphariny.

La position de la Chine vis-à-vis du dossier syrien peut être considérée comme un grand succès diplomatique, a-t-il estimé.

La Chine a non seulement dit "non" aux résolutions irrationnelles, mais également a proposé des plans concrets dont une feuille de route visant à régler la crise syrienne, a-t-il ajouté.

Le plus important, a continué M. Saphariny, la Chine a transformé ses conseils en action. Wu Sike, envoyé spécial chinois pour le Moyen-Orient, s'est rendu récemment en Syrie et a échangé des points de vue avec les dirigeants syriens et les groupes d'opposition.

La Chine a également reçu du 6 au 9 février une délégation de l'opposition syrienne. Le vice-ministre des Affaires étrangères Zhai Jun, un envoyé spécial du gouvernement chinois, se trouve actuellement à Damas pour discuter avec la partie syrienne de la situation, a ajouté l'expert.

S'opposer au projet de résolution n'est pas de soutenir le régime Assad. Au contraire, la Chine adopte une attitude responsable du fait de l'impact complexe du problème de la Syrie au Moyen-Orient, selon lui.

Le vote n'affectera pas de manière négative les relations entre la Chine et les pays arabe. Au contraire, il pourrait jouer un rôle positif dans les relations bilatérales, a souligné M. Saphariny.

Pour le moment, certaines personnes pensent que la position de la Chine soutient le régime syrien, mais le temps va prouver que cette position profitera au gouvernement et au peuple syriens ainsi qu'au Moyen-Orient, a-t-il déclaré.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 17 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?