Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 16.02.2012 08h47
Xi Jinping discute des dossiers sources de litige avec les responsables américains et défend la position chinoise (SYNTHESE)

Le vice-président chinois Xi Jinping, en visite aux Etats-Unis, a eu mardi des entretiens francs et sincères avec de hauts responsables américains sur une variété de questions litigieuses.

S'attaquant à des questions épineuses telles que le commerce, les droits de l'Homme, Taiwan et le soi-disant déficit de confiance stratégique entre les deux plus grandes économies du monde, M. Xi a défendu la position de la Chine, soulignant que l'émergence de son pays au cours des trois dernières décennies constitue des opportunités, et non une menace, pour les Etats-Unis.

MISE EN GARDE CONTRE LE PROTECTIONNISME AMERICAIN

Face à une situation difficile pour la réélection en novembre, alors que le taux de chômage aux Etats-Unis reste élevé, le président américain Barack Obama a profité de sa rencontre avec M. Xi à la Maison-Blanche pour lancer des accusations contre les pratiques commerciales "injustes" de la Chine, selon son pays.

De son côté, le vice-président chinois a mis en garde Washington contre les mesures protectionnistes lors des entretiens à huit-clos avec le président Obama, a appris Xinhua.

Les conflits commerciaux entre la Chine et l'Amérique doivent être résolus par le dialogue, et non par le protectionnisme, et ce sur le principe de la consultation sur un pied d'égalité et de bénéfice mutuel, a réaffirmé le vice-président chinois.

S'adressant à la presse avant leur entretien à huis-clos, M. Obama, tout en réitérant la politique de Washington d'accueillir l'"émergence pacifique de la Chine", a exhorté la Chine à agir en tenant compte des règles internationalement acceptées dans les dossiers commerciaux et économiques.

"Nous voulons travailler avec la Chine pour s'assurer que tout le monde travaille avec les mêmes feuilles de route en ce qui concerne le système économique mondial, qui inclut un flux commercial équilibré entre non seulement les Etats-Unis et la Chine, mais partout dans le monde", a affirmé M. Obama.

Malgré un "déséquilibre" du commerce bilatéral en faveur de la Chine en 2011, la croissance des exportations américaines vers la Chine a dépassé celles des importations, mettant en évidence le rôle crucial de la Chine en tant que marché de plus en plus important pour les biens et services américains.

Selon des estimations chinoises, les exportations américaines vers la Chine ont atteint 122,2 milliards de dollars en 2011, en hausse de quelque 20% par rapport à 2010, tandis que les importations américaines en provenance de Chine ont bondi à 324,5 milliards de dollars, soit une croissance de 15%.

Avant de rencontrer le président Obama, M. Xi s'est entretenu avec le vice-président américain Joe Biden, au cours desquels il a souligné l'importance des liens commerciaux et économiques dans l'ensemble des relations bilatérales.

Les relations économiques et commerciales entre la Chine et les Etats-Unis servent de "ballast" et de "propulseur" à l'ensemble des relations bilatérales, a indiqué M. Xi.

Il souhaite voir les deux pays améliorer la coordination de leurs politiques macroéconomiques, renforcer leur coopération pour mieux faire face à la crise financière internationale ainsi qu'à la crise de la dette européenne, et faire progresser leurs programmes de coopération dans les domaines du commerce et des investissements.

Les deux parties, a-t-il ajouté, doivent également s'attacher à adopter dans leurs relations économiques et commerciales une perspective de bénéfices mutuels et de résultats gagnant-gagnant.

Depuis longtemps, des politiciens américains ont eu recours à blâmer la Chine pour expliquer les pertes d'emplois et d'autres difficultés économiques internes dans leur propre pays.

L'administration Obama a imposé ces dernières années des tarifs punitifs sur de nombreuses produits chinois tels que les pneus et les panneaux solaires, des mesures qualifiées par les fabricants chinois de politiques peu judicieuses visant à protéger les industries américaines non compétitives et qui nuisent non seulement aux exportateurs chinois, mais également aux intérêts des consommateurs américains.

Des experts dans le domaine du commerce international sont depuis longtemps d'avis que le déficit commercial américain envers la Chine, est en grande partie un problème structurel qui a à voir avec Washington qu'avec Beijing.

Il est également à noter qu'un grand nombre de marchandises que les Etats-Unis importent depuis la Chine sont réellement fabriquées par les sociétés américaines, qui ont déplacé leur production vers la Chine pour des coûts de mains-d'œuvre relativement faibles et pour des incitations à l'investissement lucratives.

DEFENDRE LA SITUATION DES DROITS DE L'HOMME EN CHINE

Après sa rencontre avec Obama, Xi a été invité à déjeuner au département d'Etat organisé par M. Biden et la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton.

Là, les échanges se sont orientés vers la question politiquement sensible du record de la Chine en matière des droits de l'Homme.

M. Xi, tout en reconnaissant d'énormes défis auxquels est confronté le gouvernement chinois pour améliorer les droits de l'Homme dans un pays de plus de 1,3 milliards d'habitants, a souligné les efforts de la Chine pour faire face aux "aspirations et aux demandes de son peuple".

"Compte tenu d'une large population, d'une grande diversité régionale et du développement inégal, nous sommes toujours confrontés à de nombreux défis dans l'amélioration des conditions de vie de notre peuple et dans la promotion des droits de l'Homme", a indiqué M. Xi.

"Le gouvernement chinois mettra toujours d'abord les intérêts du peuple et prend au sérieux les aspirations et les demandes du peuple", a-t-il ajouté.

Le vice-président chinois a également offert une invitation au dialogue entre la Chine et l'Amérique pour régler leurs différends sur cette question épineuse.

La Chine est prête à mener des dialogues et échanges francs et constructifs sur les droits de l'Homme avec les Etats-Unis et d'autres pays, sur la base du respect mutuel et de l'égalité, a indiqué M. Xi.

La Chine, en tant que grand pays en développement, a bel et bien besoin de l'expertise américaine pour faire progresser sa situation des droits de l'Homme.

Cependant, un tel scénario gagnant-gagnant ne peut être atteint que par le dialogue, et la rhétorique dure de Washington contre Beijing, qui s'annonce toujours inefficace, ne fait qu'empoisonner l'atmosphère de la relation bilatérale complexe.

DEFENDRE LES INTERETS FONDAMENTAUX DE LA CHINE

Contrairement au commerce, ou les différences sur les droits de l'Homme, la question de Taiwan a été clairement défini par la Chine comme l'un de ses intérêts fondamentaux. Le dossier sert de fondement de sa politique étrangère et ne devrait pas être altéré par d'autres pays.

Lors de ses rencontres avec MM. Obama et Biden, M. Xi est resté ferme quand à la sauvegarde des intérêts fondamentaux de la Chine.

Il a réitéré la position de Beijing sur la question de Taiwan et a exhorté Washington à adhérer à l'esprit des trois communiqués conjoints qui constituent un important pillier des relations sino-américaines, lors de son entretien avec le président Obama.

En septembre dernier, l'administration Obama a informé le Congrès américain de sa décision de vendre des armes d'une valeur de 5,85 milliards de dollars à Taiwan, y compris la mise à niveau de 145 d'avions de combat de Taiwan.

Cette décision a exaspéré Beijing et a été considérée comme la dernière preuve de nonchalance irresponsable de Washington face aux intérêts fondamentaux de la Chine.

Sans parler spécifiquement de la vente d'armes à Taiwan, M. Xi a appelé les Etats-Unis à sauvegarder, par des actes concrets, le développement pacifique des relations à travers le détroit de Taiwan, ainsi que le développement global des relations sino-américaines.

M. Xi a déclaré que le problème de Taiwan concerne la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Chine, et reste, comme toujours, la question la plus importante et la plus sensible dans les relations sino-américaines.

La Chine apprécie les déclarations répétées de Washington sur son adhésion à la politique d'une seule Chine, a indiqué M. Xi.

M. Obama, pour sa part, a réitéré l'adhésion à la politique d'une seule Chine basée sur les trois communiqués conjoints.

Les Etats-Unis ne soutiennent aucun appel à l'"indépendance de Taiwan", a dit M. Obama, ajoutant que son pays souhaitait voir les relations des deux côtés du détroit se développer de manière pacifique.

Lors de ses entretiens avec M. Biden, M. Xi a indiqué que les dossiers de Taiwan et du Tibet concernent les intérêts fondamentaux de la Chine. Il a demandé à Washington de gérer avec prudence ces questions pour éviter que des dommages et des perturbations soient causés aux relations bilatérales.

CHERCHER A REDUIRE LE DEFICIT DE LA CONFIANCE STRATEGIQUE

La visite de M. Xi vise en partie à réduire le soi-disant déficit de la confiance stratégique entre les deux plus grandes économies du monde.

Sans aucun doute, les divergences et les différends entre les deux pays persistent sur de nombreux aspects, ce qui constitue des obstacles dans la construction de la confiance stratégique mutuelle.

Lors de sa rencontre avec Biden, M. Xi a formulé plusieurs propositions visant à promouvoir "la confiance stratégique mutuelle" entre les deux pays, y compris le respect des intérêts fondamentaux de chacun et accueillir les uns des autres préoccupations majeures.

"Le développement du partenariat coopératif pourrait être garanti que si les deux parties considèrent les uns les autres de l'intention stratégique et la voie du développement d'une manière correcte et objective, respecter les intérêts fondamentaux de chacun et accueillir les préoccupations majeures, éviter de faire des ennuis et ne traverser les lignes de fond les uns des autres", a indiqué M. Xi.

Dialoguer entre les dirigeants des pays joue un rôle efficace dans l'explication de leurs politiques étrangères, en supprimant les malentendus et réduisant ainsi le déficit de confiance stratégique entre les deux pays.

M. Xi a proposé que la Chine et les Etats-Unis fasse pleinement usage des mécanismes de dialogue et de consultation diverses pour donner un nouvel élan à forger leur partenariat de coopération bilatérale.

En comparaison avec les interactions dynamiques économiques et politiques entre les deux pays, les liens militaires sont considérées comme le maillon faible de la relation complexe.

Avec l'Amérique transfère une plus grande attention et les ressources vers la région Asie-Pacifique avec beaucoup de fanfare, certains s'inquiètent du fait que les deux puissances pourrait être dans une trajectoire de collision.

Concernant les relations militaires, M. Xi a noté que des efforts devraient être faits pour favoriser et renforcer la confiance stratégique mutuelle entre les deux pays.

Les relations militaires constituent une partie importante de la relation Chine-États-Unis et doivent servir le développement global des relations bilatérales, a indiqué M. Xi lors de son entretien avec le secrétaire à la Défense, Leon Panetta, au Pentagone.

M. Xi a appelé les deux pays à conjuguer leurs efforts pour construire une relation mlitaire saine, stable et mature.

Panetta, a pour sa part, dit que la clé de la promotion du partenariat de coopération Chine-États-Unis vise à renforcer la confiance mutuelle, à transmettre davantage la volonté d'accroître les échanges de visites de haut niveau, ainsi qu'à construire une relation forte militaire favorable à leurs relations bilatérales globales.

Sans doute, il y a encore de graves soupçons à être réglés avant qu'une fiducie stratégique solide ne puisse être construit entre la Chine et les Etats-Unis.

Mais M. Xi a déclaré que les soupçons ne sont pas insurmontables. Une Chine prospère, tout en créant une certaine concurrence majeure pour les Etats-Unis, ne sera pas une menace pour les Etats-Unis.

Par ailleurs, les relations Chine-États-Unis largement considérée comme les plus importantes du 21e siècle, si elle est gérée correctement, non seulement peuvent apporter des avantages significatifs aux deux pays, mais aussi pour le monde entier.

Washington est la première étape de la visite de M. Xi de cinq jours aux États-Unis. Mercredi, il rencontrera également le président de la Chambre des Représentants et le chef de la majorité du Sénat.

M. Xi fera une escale dans l'état du Midwest, de l'Iowa pour revoir les familles avec qui il est resté en 1985 lorsqu'il était un responsable local dans la province du Hebei en Chine. Il terminera sa visite aux États-Unis vendredi en Californie, où il pourrait assister à un match de la NBA.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 14 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?