Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 13.02.2012 09h20
La visite d'Angela Merkel, symbole de liens plus étroits entre la Chine et l'Allemagne

A l'invitation du Premier ministre chinois, Wen Jiabao, la chancelière allemande Angela Merkel a effectué une visite officielle en Chine du 2 au 4 février. Ce voyage a été le cinquième de Mme Merkel en Chine depuis son entrée en fonctions en 2005. Il a aussi été la première visite en dehors de l'Europe cette année d'un responsable de l'une des grandes puissances européennes. Ce fut aussi la première visite en Chine d'un responsable de haut niveau étranger depuis le Nouvel An lunaire. Il y a une forte signification symbolique dans le calendrier de la visite, qui souligne l'importance que la Chine et l'Allemagne attachent à l'élargissement des relations bilatérales, ainsi que le rôle spécial joué par chacun dans la stratégie de développement de l'autre.

La visite de la chancelière Angela Merkel en Chine avait trois objectifs principaux :

D'abord, promouvoir la participation de la Chine dans le « sauvetage » de l'Euro et de l'Europe de la crise de la dette

En regardant vers l'année dernière, l'économie allemande a démontré qu'elle avait résisté à la crise de la dette européenne. Selon le bureau allemand des statistiques, l'économie allemande a connu une croissance enviable de 3%. Avec le déclin des autres grandes puissances européennes, l'Allemagne est devenue le leader incontesté du continent. Toutefois, en raison de son « incapacité » à supporter seule le poids de tout le sauvetage, l'Allemagne espère alléger la pression qui pèse sur elle en s'assurant la participation de la Chine dans les travaux de « sauvetage ».

Ensuite, renforcer la coopération économique et commerciale avec la Chine, élargir les canaux d'exportation allemands, et promouvoir davantage les liens sino-allemands

Touchée par l'approfondissement de la crise de la dette, l'industrie des exportations allemandes a subi de lourdes pertes. Il est clair que la tendance actuelle est au ralentissement économique. Par conséquent, l'Allemagne se doit de concentrer son regard sur les marchés émergents et de renforcer les échanges économiques et commerciaux avec la Chine.

Enfin, favoriser la coopération sur les questions régionales et mondiales sensibles

L'Allemagne a longtemps été considérée par la communauté internationale comme un « nain politique et un géant économique ». Ces dernières années, l'Allemagne a fait des progrès pour sortir de l'ombre de l'histoire et participer pleinement aux affaires internationales en prenant des initiatives en matière de diplomatie. Avant la visite, il était prévu que la chancelière Merkel utiliserait cette occasion pour échanger des points de vue et rechercher une coopération avec la Chine, et pour encourager la Chine à avoir davantage d'influence.

La visite a abouti à trois résultats positifs.

L'élimination des doutes

Tout d'abord, la chancelière Merkel a travaillé dur pour éliminer les doutes de la Chine au sujet de la crise de la dette et a encouragé la participation de la Chine au plan de sauvetage à partir de sources indirectes. En fait, le but direct de la visite de Mme Merkel n'était pas, comme des articles de presse parus l'avaient envisagé, de persuader la Chine d'investir ses immenses réserves de change pour aider l'Euro. Elle a admis que la crise de la dette souveraine de la Zone Euro prenait ses racines dans des défauts structurels de l'Europe. Sa conviction est que la clé pour résoudre la crise réside dans la capacité des pays débiteurs à améliorer leur compétitivité et leur croissance économique. Actuellement, ce dont l'Euro a le plus besoin est un environnement externe qui permette à la zone euro de retrouver son élan. Par conséquent, il est d'une importance vitale de restaurer la confiance mondiale, et en particulier celle de la Chine et d'autres économies émergentes, envers le marché européen.

Ce que la chancelière Angela Merkel est venue chercher en Chine n'est pas de l'argent, mais la « confiance ». Les faits indiquent que, sur cette question, la chancelière Merkel a obtenu un résultat positif. Le Président chinois Hu Jintao et le Premier ministre Wen Jiabao ont exprimé leur confiance dans l'Euro, et ont promis une plus grande participation dans la résolution des problèmes de la dette européens par le biais du Fonds Monétaire International (FMI), du Fonds Européen de Stabilité Financière (FESF) et du Mécanisme Européen de Stabilité (MES) ainsi que d'autres canaux.

L'amélioration des relations économiques et commerciales sino-allemandes

La coopération économique et commerciale est d'une grande importance dans les relations sino-allemandes. Pour l'Allemagne, le commerce avec la Chine est un canal essentiel pour protéger ses exportations et promouvoir sa croissance économique. Au fil des ans, la coopération entre les deux pays s'est largement concentrée dans les secteurs traditionnels tels que les industries des machineries, de l'automobile et de la chimie, et il y a encore beaucoup de marge de développement. Lors de cette visite, la chancelière Merkel a conduit une importante délégation commerciale et a participé au Forum Sino-allemand de l'Economie à Guangzhou. Ces faits montrent que la promotion de la coopération économique et commerciale est toujours l'objectif principal de l'Allemagne quand la Chine est concernée. À cette fin, les dirigeants des deux pays ont exprimé leur volonté de renforcer la coopération dans de nouveaux domaines tels que les technologies de pointe, les économies d'énergie et les énergies nouvelles, la protection de l'environnement, ainsi que la coopération entre les PME.

La résolution des différends par le consensus

Les deux parties ont minimisé leurs différences pour chercher, sur un pied d'égalité, des solutions à des problèmes majeurs. Les relations sino-allemandes n'ont pas toujours été sans heurts. Les droits de l'homme, le taux de change du RMB et la protection de la propriété intellectuelle sont autant de questions qui ont émergé entre les deux pays. Heureusement, ces dernières années, les dirigeants des deux pays ont su minimiser ces différences et prendre des décisions pragmatiques fondées sur des intérêts globaux. Mme Merkel a bien soulevé ces questions lors de sa visite récente, mais cela a plus tenu d'une « réaction » aux questions que d'un ensemble d'accusations portées contre la Chine. Elle a davantage mis l'accent sur la recherche du consensus par le dialogue et l'échange d'idées. L'attitude de la chancelière Merkel est une preuve supplémentaire que les relations sino-allemandes se sont grandement améliorées au fil du temps.

Ces dernières années, les relations sino-allemandes sont entrées sur une voie saine, et elles ont fait des progrès positifs. Les trois résultats positifs que j'ai mentionnés montrent que les relations sino-allemandes n'ont jamais été meilleures qu'aujourd'hui. Cette année marque le 40e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays et ni la Chine ni l'Allemagne ne manqueront de saisir cette occasion de pousser les relations bilatérales à un niveau encore plus élevé.

Cet article a d'abord été publié en chinois et traduit par Li Huiru.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 12 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?