Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 09.11.2011 14h34
La Chine est dans l'embarras face à la crise de la dette qui frappe l'Europe

Les négociations entre socialistes et conservateurs grecs en vue de la constitution d'un gouvernement d'union nationale apportent un nouvel espoir à la solution de la crise de la dette souveraine en Europe. Toutefois, cette dernière, durement éprouvée par la crise, continue à solliciter une aide financière d'urgence et elle tourne son regard plein d'espérance vers la Chine, l'un des pays dont la croissance économique est la plus rapide dans notre monde actuel. A cet effet, il se fait un grand tapage autour de la question à savoir s'il faut solliciter l'aide chinoise pour aider l'Europe à surmonter la crise de la dette et les réserves en devises tellement considérables de la Chine ainsi que le commerce import-export sino européen d'une telle ampleur sont considérés comme des raisons toutes « certaines » et toutes « évidentes » qui obligent la partie chinoise à fournir son aide.

Abordant le sujet de l'aide à l'Europe, la vice-ministre chinoise des Affaires étrangères Fu Ying a déclaré que L'Union européenne est de fait la plus grande entité économique du monde et que sa puissance est réelle, certaine et effective, tandis que pour la plupart de ses entreprises, elles fonctionnent normalement et sans aucune difficulté, c'est pourquoi l'Europe est tout à fait capable de se sauver elle-même et de sortir de l'impasse par ses propres moyens. Quant à l'idée de demander à la Chine de se porter au secours de l'Europe, elle est complètement illogique et ne tient pas debout. Des experts en la matière ont indiqué que la Chine figure actuellement parmi les pays en voie de développement et qu'elle est placée très en arrière dans le monde quant à son PIB par tête d'habitant. La vérité est que dans le pays il y a de nombreuses régions où la population vit dans la pauvreté et la misère, c'est pourquoi pour la Chine, elle doit faire de grands efforts pour régler et surmonter les nombreuses difficultés qu'elle doit faire face dans son développement économique et la plus grande contribution qu'elle pourrait apporter au monde entier c'est de traiter au mieux ses propres affaires.

La situation financière de la Chine dans le monde est complètement exagérée.

L'agence de presse britannique Reuters a fait paraître, avant la tenu du sommet du G20, un article intitulé « L'Europe sollicite une aide d'urgence, la Chine pèsera lourd au sommet de Cannes », dans lequel il est dit que le sommet aura pour sujet principal de persuader la Chine de fournir une aide financière à la zone euro.

L'Europe qui appartient à l'Occident développé demandant l'aide de la Chine qui figure parmi les pays en voie de développement, cela est de toute évidence quelque chose d'absurde, d'illogique et d'incohérent. Au sommet du G20 tenu à Cannes, le Président chinois Hu Jintao a déclaré explicitement que le problème économique de l'Europe doit être traité et réglé principalement par elle-même et par ses propres moyens. De son côté, le vice-ministre chinois des Finances Zhu Guangyao a indiqué qu'il n'est aucunement prévu que le présent sommet du G20 discute du problème de financement au Fonds européen de stabilité financière (FESF).

« Au moment où l'économie américaine s'enfonce dans la dépression et où les pays de la zone euro souffrent énormément de la crise de la dette souveraine, nombreux sont les pays développés qui fixe leur regard sur les réserves en devises chinoises dont le montant s'élève à 3.200 milliards de dollars US. », a dit Yan Xiaona, Directrice adjointe du Bureau des études financières et économiques internationales, lors d'une interview accordée à notre correspondant. Puis elle a ajouté en insistant que la communauté internationale a exagéré de façon excessive quant à la position qu'occupe la Chine dans le domaine financier international.

Elle a poursuivi en faisant remarquer que les réserves chinoises en devises se sont élevées effectivement pour le moment aux chiffres faramineux de 3.200 milliards de dollars US, alors qu'en réalité comparée aux Etats-Unis et à la zone euro, l'ampleur des biens extérieurs de la Chine, lesquels constituent les normes reflétant la situation financière extérieure d'ensemble, est relativement basse et faible. Fin 2009, l'ampleur des biens extérieurs en capitaux de la zone euro a atteint plus de 20.000 milliards dollars US, tandis qu'à ce moment-là pour les Etats-Unis, leurs biens extérieurs dépassent les 18.000 milliards de dollars US. Seulement, dans les biens extérieurs de la zone euro et des Etats-Unis, la part des biens en réserves de devises détenue les autorités gouvernementales est faible et limitée. Pour ce qui est de la Chine, en fin 2009, l'ampleur de ses biens extérieurs était seulement moins de 3.500 milliards de dollars US. Si l'on en fait la comparaison avec l'ampleur du PIB chinois, on s'aperçoit alors que comparaison faite avec l'Europe et les Etats-Unis, la part des biens extérieurs dans notre PIB est vraiment très petite. C'est pourquoi dans le cas où la Chine utilise ses réserves en devises pour les dettes souveraines en euro afin de secourir les marchés financiers en euros de grande envergure, de toute évidence elles seront loin d'être suffisantes.

La Chine ne peut assumer la lourde charge du « dernier prêteur du monde »

Dans tout le processus des cinq précédents sommets du G20, le Président chinois Hu Jintao a insisté sans cesse dans ses discours que la Chine est un grand pays en voie de développement dont la population est forte de plus d'un milliard trois cent millions de personnes, c'est pourquoi le développement rapide et stable de l'économie chinoise profite non seulement au peuple chinois, mais en même temps contribue de façon importante à la croissance économique mondiale.

En réalité, le redressement économique mondial rencontre beaucoup de difficultés et la Chine, dans son développement économique, doit faire face à de nombreux défis. Les statistiques établies montrent qu'au cours des trois premiers trimestres de cette année, le rythme de croissance du commerce chinois de l'import et de l'export a reculé de plus de dix points par rapport à la période correspondante de l'année dernière et il est démontré que pour l'import et l'export en Chine, la situation continuera à s'aggraver pour le quatrième trimestre de cette année et pour le premier trimestre de l'année prochaine.

« Le développement de son économie est encore loin de permettre à la Chine d'assumer le rôle du 'dernier prêteur du monde' », a indiqué Yan Xiaona à notre correspondant. Dans le secteur financier international, a-t-elle dit, lorsqu'il se produit une crise financière à caractère international, à qui de jouer le rôle de défenseur et de protecteur de la stabilité financière mondiale ainsi que de celui du « dernier prêteur du monde » ? C'est une question qui n'a pas de réponse jusqu'ici et qu'on se demande toujours. Pour ce qui est de la Chine qui figure parmi les pays en voie de développement, il est de toute évidence qu'à l'heure actuelle où elle rencontre beaucoup de difficultés et de nombreux problèmes dans le développement de son économie, elle ne souhaite aucunement devenir le « dernier prêteur du monde », un rôle que même les Américains refusent d'assumer.

Selon des spécialistes, le problème de l'endettement des pays européens est dû principalement à la politique du haut niveau du bien-être qu'ils appliquent et qui font que la dépense excède la recette et que les gouvernements sont à court d'argent. Dans le cas où le gouvernement chinois font l'achat de la dette européenne, cela signifie alors qu'il s'endette à son tour, alors qu'actuellement en Chine, les fonds sont insuffisants pour satisfaire les besoins urgents dans les domaines de l'éducation et de l'enseignement, des soins médicaux, du bien-être social …… etc. La Chine n'est pas assez riche et elle n'a pas encore atteint un certain degré de largesse qui lui permet d'aider autrui. D'un autre côté, la dépression de l'économie chinoise portera atteinte certainement aux autres pays du monde, et surtout aux Etats-Unis et aux pays de l'Europe. Liu Erfei, Président exécutif de Merrill Lynch Chine, a déclaré que le plus important pour la Chine c'est de mener à bien ses propres affaires, car la croissance rapide et durable de son économie constitue un soutien efficace pour l'Europe qui en profitera.

La flatterie et la flagornerie à l'encontre de la Chine visent en fait à obtenir à bon marché des fonds et des capitaux.

Des personnalités du milieu sont unanimes à penser qu'en ce qui concerne l'Europe, il ne lui manque pas d'argent et que le problème n'est pas là. Pour Tan Yaling, Directrice de l'Institut chinois des études sur l'investissement en devises, qui a accepté de répondre aux questions posées par notre correspondant, elle a insisté sur le fait que le financement extérieur n'apportera aucune solution aux problèmes que rencontrent les pays européens, du fait que ces problèmes sont dus à la structure, au système et à l'efficacité du travail.

« Le problème de fond réside dans ce que l'Europe ne se rend pas compte encore d'où vient le mal. Dans ce cas là, comment pourrions nous alors intervenir ? Par exemple, la Chine pense à prêter de l'argent à la Grèce et l'Allemagne s'y oppose et nous ne pourrions plus alors nous hasarder à le faire, car il est impossible pour nous d'accomplir une action qui pourrait semer la division parmi les pays européens. », a déclaré à notre correspondant Ding Yifan, Directeur adjoint de l'Institut d'études du Développement international relevant du Centre de recherches sur le Développement du Conseil des Affaires d'Etat.

Des spécialistes ont fait part de leur préoccupation en ce qui concerne l'habitude prise par les pays occidentaux qui s'en tiennent fermement à leur idée de la guerre froide. A cet effet, ils utilisent la flatterie et la flagornerie pour essayer, sur le plan économique, de ralentir et de stopper la croissance et le développement de notre pays et, sur le plan politique, de nous tromper te de nous berner afin que nous relâchons notre vigilance, c'est pourquoi il est important pour nous de demeurer toujours sur notre garde et de rester ferme et inébranlable dans notre position. De son côté, Yan Xiaona a indiqué que les flatteries adressées à la Chine a pour but également de faire en sorte que celle-ci accorde son aide à l'Europe en lui fournissant à bon marché des fonds et des capitaux qu'elle a grand besoin d'urgence. Toutefois, dans le cas où les pays occidentaux jouissent déjà à l'excessif d'un traitement de haut niveau de bien-être, de toute évidence il est hors de question que la Chine utilise les réserves en devises qu'elle eu beaucoup du mal et de la peine à amasser et à réunir pour satisfaire les désir toujours inassouvissables de ces pays-là. Au moment où les produits chinois d'export continuent à faire sans cesse l'objet d'enquêtes antidumping et au moment où les pays européens continuent à mettre l'embargo sur les produits de hautes technologies que la Chine souhaite acquérir, il est tout à fait compréhensible que de notre côté nous demandons à ces pays de reconnaître le statut d'économie de marché de la Chine et de supprimer les restrictions imposées à l'exportation vers la Chine des produits high-tech.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
L'APL met en place un département de planification stratégique
Nouvelles principales du 23 novembre
La liste des écrivains riches ne cache pas la vie modeste d'écrivains en Chine
La Chine et les Etats-Unis assument la responsabilité du redressement économique mondial
Les Américains d'origine chinoise qui désirent faire une carrière politique doivent commencer à partir de « grass roots »