Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 03.11.2011 15h21
Il faut faire tomber les barrières pour renforcer la confiance entre la Chine et le Japon

Est-ce que l'émergence de la Chine va vraiment suivre une voie de développement pacifique ? Cette question, qui est à l'esprit de nombreux Japonais, m'a amené à faire constamment un examen de ma conscience, en particulier depuis que l'ancien Premier Ministre japonais Naoto Kan a déclaré l'année dernière aux membres chinois du Comité du 21e Siècle pour l'Amitié Sino-japonaise que la Chine devrait tirer les leçons de l'expérience du Japon et éviter de s'engager sur de mauvais chemins lors de son développement rapide.

Bien que les dirigeants chinois aient sans relâche affirmé leur attachement à un développement pacifique, de nombreux Japonais sont toujours inquiets face aux bruits de clairon décrivant la Chine comme une menace grandissante.

En fait, les craintes japonaises d'une « menace chinoise » constituent l'obstacle principal au développement de la confiance entre les deux pays.

Quand ce sujet a été abordé lors de la troisième session du 5e Comité pour l'Amitié Chine-Japon au 21e siècle la semaine dernière, l'ancien ambassadeur du Japon en Chine Anami Koreshige et moi-même avons remarqué que les deux pays ont eu de bonnes relations dans un passé récent en dépit de leurs différences de valeurs et de système. En ayant transcendé ces différences, ils ont connu des relations amicales et co-existé pacifiquement. Mais quel dommage qu'ils semblent incapables d'en faire autant à présent, alors pourtant que leurs valeurs et leurs économies n'ont jamais été aussi proches !

L'ancien Conseiller d'Etat Tang Jiaxuan a dit pour sa part que la mission des deux pays est de renforcer la confiance politique mutuelle. Mais il n'y aura pas de confiance mutuelle à moins que les deux pays n'aient un objectif et une compréhension constructive de l'autre.

Plus de 100 millions de Japonais ont connu la prospérité suite au développement de leur pays. Et 1,3 milliard de Chinois aspirent aussi à une vie meilleure.

Mais après un siècle déchiré par des guerres qui ont infligé des souffrances inouïes au peuple chinois, il a compris qu'un environnement pacifique est sa meilleure chance, et la seule, d'obtenir une vie décente, libérée des craintes de la faim et des invasions.

Le monde accepte que l'Inde et la Thaïlande aient leurs propres porte-avions, alors pourquoi devrait-il en aller différemment avec la Chine ? Posséder des porte-avions ne veut pas dire que l'Inde et la Thaïlande vont entrer en guerre, pas plus que cela ne veut dire que la Chine aura l'intention de s'écarter d'une voie de développement pacifique quand elle en aura aussi. L'émergence pacifique de la Chine n'est pas une excuse, pas plus que ce ne sont des mots vides destinés à convaincre, à affirmer ou à plaire, mais plutôt une garantie essentielle pour son bien-être fondamental et à long terme.

La Chine restera un pays en développement pendant de longues années encore, ce qui veut dire qu'elle doit se concentrer sur sa modernisation pour résoudre les problèmes liés à son développement et à ses moyens d'existence. Et pour cela, il lui faut un environnement international stable et pacifique, ainsi qu'une coopération et des échanges étroits avec le monde extérieur. Deng Xiaoping a dit un jour que certains problèmes entre les deux pays pourraient être transmis aux générations futures, qui auront davantage de sagesse. Lors de la récente session amicale, M. Koreshige et moi-même avons laissé entendre que nous sommes cette génération-là.

Je crois que deux points méritent l'attention tant des pays avancés comme le Japon que des economies émergentes comme la Chine.

Le premier est de ne pas imposer ses propres valeurs et son propre mode de développement aux autres. Le second est qu'il faut accepter et se montrer favorable aux progrès des nations émergentes.

En mettant en commun leur sagesse, la Chine et le Japon, ensemble, peuvent continuer à développer et à assurer la paix en Asie et dans le monde, ce qui en retour permettra de maintenir la paix en Asie et dans le monde avec leur développement.

L'émergence de la Chine continuera à être une excuse pratique pour certaines personnes aux intentions virulentes. Mais la Chine continuera à se développer et à devenir plus forte, et cela créera davantage d'opportunités pour la région et le monde. Ce n'est qu'en apaisant et en surmontant les peurs d'une menace chinoise que la Chine et le Japon pourront améliorer leurs confiance mutuelle.

L'auteur est Vice-président de l'Institut Central de Socialisme, et membre chinois du Comité du 21e Siècle pour l'Amitié Chine-Japon.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Un vice-Premier ministre chinois appelle à la facilitation de l'investissement et des échanges commerciaux
Nouvelles principales du 2 novembre
La route qui est devant nous est encore cahotique
Le dialogue est la « meilleure façon » d'éviter la guerre commerciale
La fin tragique de Kadhafi va profiter à la campagne électorale de Barack Obama