Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 05.09.2011 14h00
La visite du Président Aquino en Chine, première étape dans l'apaisement des tensions

La visite du Président philippin Benigno Aquino en Chine a contribué à alléger les tensions dans les relations bilatérales, avec le renforcement des liens culturels et commerciaux, mais les analystes pensent qu'il est peu probable que la dispute maritime au sujet de la Mer de Chine Méridionale soit résolue avec une seule visite d'Etat.

Terminant une visite de cinq jours en Chine, le Président Aquino est retourné à Manille samedi soir avec un grand nombre d'accords de coopération et un accord destiné à résoudre pacifiquement les disputes sur la Mer de Chine Méridionale.

Mais alors que des espoirs se faisaient jour au sujet de la visite du Président Aquino, dont on espérait qu'elle aurait pu apaiser les tensions, le chef des forces armées philippines a insisté sur la fait que Manille continuerait à renforcer ses capacités militaires, d'après le Philippine Daily Inquirer.

Dans un entretien accordé vendredi, le Chef d'Etat Major des Forces Armées Philippines Eduardo Orban Jr a dit que des « relations cordiales » entre les deux pays permettraient la résolution pacifique de tout conflit ou dispute en Mer de Chine Méridionale.

Cependant, il a ajouté que les forces armées avaient le devoir de protéger les ressources de la nation, citant des programmes en cours pour l'achat de deux autres patrouilleurs de la Classe Hamilton pour la marine et de six chasseurs pour l'armée de l'air, d'après l'article.

Les Philippines ont récemment acquis auprès des Gardes-Côtes américains le BRP Gregorio Del Pilar, un patrouilleur de la Classe Hamilton, qu'elles utiliseront pour patrouiller en Mer de Chine Méridionale.
M. Orban a ajouté que les forces armées philippines resteront vigilantes dans leurs patrouilles et la protection des prétentions du pays en Mer de Chine Méridionale, d'après le journal.

La Chine a insisté elle sur sa souveraineté indiscutable sur les Iles Nansha, un chapelet de petites îles et de récifs situés en Mer de Chine Méridionale, tandis que les Philippines, la Malaisie, Brunei et le Vietnam réclament aussi quelques îles et récifs dans la zone.

Les disputes se sont intensifiées l'année dernière avec l'implication et le soutien apportés par les Etats-Unis à certains pays, avec des exercices militaires conjoints et l'achat d'équipements militaires.

« En Mer de Chine Méridionale, aucune des parties impliquées ne sortira gagnante d'une guerre dans la zone. Même les vainqueurs seront finalement perdants, car ils y perdront leur standing international et verront leur légitimité mise en question sur la scène mondiale », a dit le Professeur Eduardo Tadem de l'Asian Center à l'Université des Philippines.

« Ce qu'il faut, c'est un véritable code de conduite qui lie tous les signataires et impose des sanctions aux participants qui s'en écarteraient », a dit le Professeur Tadem.

Un consensus a été trouvé en juillet entre la Chine et l'ASEAN sur l'application de la Déclaration sur la Conduite des Parties en Mer de Chine Méridionale de 2002, mais les deux n'ont aucune force contraignante.

« La Chine doit comprendre pourquoi les Philippines agissent ainsi (en Mer de Chine Méridionale). Elles agissent ainsi car le pays a vraiment besoin de pétrole », a dit le Professeur ben Lin, du Centre Ricardo Leung pour les Etudes Chinoises à l'Université Ateneo de Manila.

Pour le Professeur Lim, l'implication militaire et diplomatique des Etats-Unis dans ce problème n'a pour but que de « contenir la Chine et empêcher la Chine de devenir une puissance dominante », mais « n'aiderait pas vraiment les Philippines ».

Yang Baoyun, Directeur adjoint du Centre pour les Etudes Sud-est Asiatiques, pense quant à lui qu'il est compréhensible que les Philippines construisent leur politique diplomatique d'une manière qui serve au mieux leurs intérêts nationaux, pour « renforcer les liens économiques avec la Chine tout en espérant une aide en matière de sécurité de la part des Etats-Unis ».

Mais cependant, la Chine s'oppose à toute tentative visant à compliquer le problème de la Mer de Chine Méridionale ou à en faire un problème multilatéral, a dit M. Yang.

Zhang Yunbi a contribué à cette histoire.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Le Premier ministre chinois appelle à l'utilisation durable des terres et des ressources
La Corne de l'Afrique, un test pour notre conscience
Les Etats-Unis peuvent-ils réduire un peu leurs dépenses militaires et leur dette, quand ils parlent de la « menace militaire chinoise » ?
L'occident n'a pas renoncé à son intention de déterminer l'orientation du développement du Moyen-Orient