Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 08.03.2011 16h13
Il n'existe ni de procès secret ni de contrôle d'Internet actuellement au Xinjiang (responsable)

Nur Bekri, président de la région autonome ouïgoure du Xinjiang, a déclaré mardi qu'il n'existait ni de procès secret ni de contrôle d'Internet au Xinjiang, près de deux ans après l'émeute meurtrière qui a frappé Urumqi, la capitale régionale.

"Toute personne qui viole les lois chinoises doit être poursuivie en justice et jugée publiquement, mais ses droits légitimes doivent être protégés," a affirmé Nur Bekri, qui se trouve à Beijing pour la session annuelle parlementaire.

Il a indiqué que la Chine était un Etat de droit.

"Il n'y a pas de procès secret ni à huis clos au Xinjiang," a-t-il déclaré devant les journalistes.

L'accès à Internet a été coupé pendant dix mois dans la région, suite à l'émeute du 5 juillet 2009 à Urumqi, qui a fait 197 morts et plus de 1 700 blessés.

"L'accès à Internet a été rétabli le 16 mai 2010 sur fond d'amélioration de la situation sociale et des nombreux appels des utilisateurs d'Internet," a fait savoir Nur Bekri.

"La première action du secrétaire du Comité régional du Parti communiste chinois pour le Xinjiang, Zhang Chunxian, a été de rétablir l'accès à Internet, ce qui est un moyen efficace pour connaître l'opinion publique et améliorer notre travail," a-t-il ajouté.

Zhang Chunxian a été nommé secrétaire du Comité régional du Parti communiste chinois pour le Xinjian en avril 2010, remplaçant Wang Lequan.

"Il n'existe pas de contrôle d'Internet actuellement au Xinjiang," a noté Nur Bekri.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Hu Jintao appelle au maintien de la stabilité et à la réalisation de la réforme au Tibet
La Chine dévoile son plan de développement quinquennal lors de la session annuelle de l'APN
L'augmentation du budget de l'armée chinoise est irréprochable
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux