Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 01.03.2011 08h23
Des ressortissants chinois sur le chemin du retour

Le premier vol charter de la compagnie chinoise Southern Airline ramenant les ressortissants chinois de Libye a fait une halte à Urumqi, dans la Région autonome ouïgoure du Xinjiang, sur le chemin du retour pour Beijing.

L'avion a décollé de Tunisie dimanche matin et après une escale de 2 heures pour ravitaillement en carburant, il a repris sa route vers la capitale chinoise. L'avion transporte 12 conteneurs vides et plus d'une tonne équipement aéronautique. L'avion devait à l'origine se rendre samedi en Tunisie à partir de l'aéroport Baiyun de Guangzhou.

Lors des 2 heures d'escale, les 350 passagers partis de Tunisie ont dû patienter à bord mais cela ne les a pas dérangé tellement ils sont heureux d'être de retour en Chine sains et saufs.

Chinois évacué de Libye

"Je suis si content d'être de retour ! C'était dangereux en Libye et je suis reconnaissant à notre gouvernement pour cette évacuation qui arrive à point nommé."

Environ 10 mille ressortissants ont été temporairement évacués vers la Tunisie. Environ 3 000 ressortissants chinois sont bloqués dans des hôtels et leur nombre devrait approcher les 9 000 dans les prochains jours.

La compagnie aérienne Southern Airline a prévu 4 vols quotidiens entre Urumqi et l'île de Djerba entre le 28 février et le 10 mars pour les personnes évacuées. Ces 46 vols devraient permettre de rappatrier 10 mille ressortissants chinois.

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Evacuation de Chinois de Libye : le Premier ministre chinois adresse des messages de reconnaissance à la Grèce et à Malte
Chine : les personnes de plus de 80 ans toucheront une allocation
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence