Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 28.02.2011 17h15
La Chine évacue plus de 29 000 citoyens de Libye

Environ 29 000 Chinois ont été évacués de Libye au cours de la plus grande opération d'évacuation jamais organisée par la Chine, a annoncé lundi le ministère chinois des Affaires étrangères dans un communiqué.

Plus de 30 000 citoyens chinois travaillaient en Libye, pays d'Afrique du Nord, lorsque des manifestations anti-régime ont éclaté.

Au jour de lundi au matin, environ 2 500 Chinois avaient été rapatriés en Chine, tandis que 23 000 autres ont été temporairement réinstallés dans des pays tiers et 3 400 se dirigeaient vers ces pays, selon le communiqué.

Presque 10 000 Chinois ont été évacués vers l'île de Crète en Grèce, 1 600 vers l'île de Malte, 11 000 vers l'île de Djerba en Tunisie et 400 vers Khartoum au Soudan et Dubaï aux Emirats arabes unis.

Deux paquebots étrangers affrétés par le gouvernement chinois transportent actuellement près de 2 800 Chinois vers Malte et un autre navire chinois, avec 600 ressortissants à son bord, se dirige vers la Crète, précise le communiqué.

L'ambassade de Chine en Libye et les groupes de travail dépêchés par Beijing organisent actuellement les évacuations par voie terrestre des ressortissants chinois vers la Tunisie.

Les compagnies aériennes chinoises s'efforcent également d'envoyer davantage d'avions pour rapatrier les ressortissants chinois installés temporairement en Tunisie, à Malte et en Grèce, indique ce communiqué.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Evacuation de Chinois de Libye : le Premier ministre chinois adresse des messages de reconnaissance à la Grèce et à Malte
Chine : les personnes de plus de 80 ans toucheront une allocation
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence