Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 29.12.2010 16h50
Chine : la partie continentale réitère l'importance du "Consensus 1992" sur les relations à travers le détroit (porte-parole)

La partie continentale de Chine a réitéré l'importance de respecter le "Consensus 1992", soulignant l'adhésion au principe d'une seule Chine, dans les relations entre les deux rives du détroit de Taiwan, a déclaré mardi Yang Yi, porte-parole du bureau des affaires de Taiwan du Conseil des Affaires d'Etat, le gouvernement central.

Il s'est exprimé lors d'une conférence de presse, en réponse à une question concernant la réticence du Parti progressif démocratique de Taiwan (PPD) à reconnaître "le Consensus 1992".

M. Yang a déclaré que l'opposition à l'indépence de Taiwan" et l'adhésion au "Consensus 1992" étaient fondamentales pour établir une confiance mutuelle en terme politique entre la partie continentale et Taiwan.

Elles sont des pré-requis à la promotion et au développement des relations à travers le détroit, a-t-il poursuivi.

"Le processus et tous les faits étaient très clairs lorsqu'on a abouti au Consensus", a-t-il ajouté.

En novembre 1992, l'Association pour les relations entre les deux rives du Détroit (ARATS), basée dans la partie continentale, et la Fondation des échanges à travers le Détroit (SEF), basée à Taiwan, ont tenu des négociations à Hong Kong.

Les deux organisations ont abouti à un consensus, appelé le "Consensus 1992", aux termes duquel les deux côtés adhéraient au principe d'une seule Chine.

Fondées respectivement en 1991 et 1990, l'ARATS et la SEF sont autorisées par la partie continentale et Taiwan à traiter des affaires à travers le détroit.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : les bénéfices des grandes entreprises industrielles en hausse de 49,4% pour les onze premiers mois
Huit touristes américains tués dans un accident de la route en Egypte
Comment vendre l'image d'un Dragon amical ?
Les mesures de règlement des embouteillages à Paris méritent d'être étudiées par Beijing
Interaction active entre la Chine et le monde
Ne pas céder l'Afrique à la Chine est une logique perverse
Pourquoi le « Made in China » est plus cher