Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 02.12.2010 10h57
Péninsule coréenne : la Chine appelle à ne pas « jeter de l'huile sur le feu »

La Chine a appelé toutes les parties en présence à faire preuve de calme et de retenue, et à ne pas jeter d'huile sur le feu, alors que les tensions persistent dans la Péninsule Coréenne.

Beijing ne cherche à « protéger aucune partie » dans la crise actuelle, et les appelle toutes à éviter de commettre des actes qui risqueraient d'aggraver plus encore les tensions déjà fortes, a déclaré mercredi le Ministre chinois des Affaires Etrangères Yang Jiechi.

Participant à un forum organisé dans les locaux du Ministère des Affaires Etrangères, M. Yang a déclaré à un auditoire composé de diplomates et d'universitaires que Beijing était très inquiète de la situation actuelle dans la région.

Calme et retenue sont nécessaires et il faut dialoguer dès à présent pour calmer la situation, a-t-il dit.

Rien de doit être fait qui pourrait enflamer les choses, et la Chine gèrera cette affaire en tant que puissance majeure responsable, a-t-il ajouté.

La Chine s'est engagée dans un ballet diplomatique après que les deux Corées aient échangé des tirs d'artillerie la semaine dernière dans les eaux situées au large de la Péninsule divisée, aux alentours d'une frontière maritime disputée.

Le Ministre a proposé de tenir une consultation d'urgence avec les chefs de délégation des parties des Pourparlers à Six, à Beijing au début du mois de décembre.

Et dans le même temps, le législateur suprême Wu Bangguo a rencontré mercredi Choe Thae-bok, secrétaire du Comité Central du Parti des Travailleurs de la République Populaire Démocratique de Corée, et Président de l'Assemblée Populaire Suprême.

Le voyage de cinq jours de M. Choe en Chine est la première visite de ce genre d'un dirigeant de haut niveau de la Corée du Nord depuis qu'elle a révélé l'existence d'une nouvelle installation d'enrichissement d'uranium et procédé à l'attaque d'artillerie du 23 novembre dernier.

Au même moment, un exercice naval conjoint d'une durée de quatre jours entre les Etats-Unis et la Corée du Sud s'est achevé mercredi, mais Séoul conduira un autre exercice naval avec Washington en Mer Jaune avant la fin de cette année.

« La situation est devenue plus compliquée », a dit Huang Youfu, directeur de l'Institut des Etudes Coréennes à l'Université Minzu de Chine. « La Chine va avoir du mal à faire redémarrer les pourparlers ».

« Si la confrontation militaire se poursuit, les conflits sont inévitables. Mais avec la RPDC, les menaces militaires, ça ne marche jamais », a dit M. Huang.

M. Huang a également fait remarquer que l'influence de la Chine sur la RPDC n'est pas aussi forte que la communauté internationale ne l'imagine.

« Nous n'intervenons jamais dans les affaires intérieures de la RPDC », a-t-il dit.

Gong Yuzhen, expert militaire et professeur à l'Université de Beijing, pense que le refus des Etats-Unis, de la Corée du Sud et du Japon de revenir aux Pourparlers à Six rend la situation plus difficile. « La Chine va avoir du pain sur la planche pour réussir à persuader les parties impliquées (de reprendre les discussions) », a dit M. Gong.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine appelle à la reprise du dialogue et des négociations sur la situation dans la péninsule coréenne
L'Iran met en garde contre l'assassinat de ses physiciens
"Sommet de Hambourg" : l'Europe doit-elle embrasser le dragon chinois ?
La mort de Wang Bei reflète la situation réelle de la société chinoise
« Atterrissage en douceur » pour l'économie chinoise ?
Le changement climatique est plus qu'un problème de négociations
Pour quelle raison le repas à la française a été inscrit sur la liste du patrimoine intangible ?