100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 22.11.2010 13h38
Aviation chinoise: le rêve d'Icare

Après plus de trentes années de réformes, les Chinois sont de plus en plus riches et beaucoup commencent à se tourner vers des passe-temps originaux. C'est ainsi que certains millionaires achètent leurs propres avions. Le chemin que doivent suivre ses oiseaux de fer pour obtenir l'autorisation de décoller sous les cieux chinois est pourtant bien tortueux.

Ce club d'aviation situé dans la province du Zhejiang attire de plus en plus d' amateurs. Et un bon nombre d'entre eux sont suffisament riches pour s'offrir leur propre avion.

Néanmoins, un bon nombre de ces appareils sont cloués au sol, stationnés sur le bord de la piste.

Le responsable adjoint de ce club d'aviation n'est pas long à nous en apprendre la raison lorsque nous lui demandons si le club a obtenu les autorisations de vol nécessaires

Guan Hongsheng

Vice-directeur

Club Lucheng de Wenzou

"Bien sur qu'on ait demandé la permission, les autorités locales disent que l'espace aérien est interdit à nos avions."

M. Guan explique que les membres du club partent souvent à l'étranger pour s'adonner à leur hobby.

Actuellement, ils possèdent trois appareils basés à l'étranger. Chaque avion coûte 10 millions de yuans et son entretien mensuel s'élève à 12 000 yuans.

Récemment, ils ont commandé cinq hydravions aux Etats-Unis pour 3 millions de yuans pièce. Si l'on ajoute les frais de transports, cette commande leur a couté presque 20 millions de yuans.

M. Guan craint pourtant que ces cinq avions ne soient pas autorisés à voler en Chine.

Les administrateurs de la station balnéaire de Jiulong ont aussi l'intention d'acquérir des avions à l'étranger et de créer leur propre club d'aviation. Sanctionnés pour avoir volé illégalement par le passé, ils doutent du succès de leur initiative.

Niu Yankai

Club d'aviation de Jiulongshan dans le Zhejiang

"Certains de nos membres ont acheté des avions mais ils n'ont pas le droit de voler avec. "

Sur le bord d'une rue de la ville de Wenzhou, un avion est fixé sur la remorque d'un camion.

M. Xu, le propriétaire de l'appareil, affirme qu'il a passé sa license de pilote il y a des années mais n'a pas réussi à obtenir une autorisation de voler.

M. Xu

Pilote contrarié

"Cet avion prend la poussière ici depuis deux ans. Il a volé moins de 10 fois."

Actuellement en Chine, la plupart des avions privés sont assignés à leurs hangars.

Et pour les détenteurs d'un brevet de pilote, il est bien difficile d'obtenir une autorisation de prendre l'air.

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine salue la démarche positive du Soudan en faveur d'un référendum dans le sud
Des pratiques illégales de travail à l'origine de l'incendie de Shanghai
Deux Europes dans la crise de la protection sociale
Sarkozy forme un nouveau gouvernement en préparation de la présidentielle (ANLAYSE)
Ce que cherche à obtenir Nicolas Sarkozy en France et dans le monde
Le sourire de Barack Obama à l'Inde est-il juste de pure forme ?
La Chine doit garder la tête froide au sujet de sa 3ème place au FMI